Des milliers de Palestiniens forcent la frontière de l’Egypte

Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza ont pénétré en Égypte par des brèches ouvertes à l’explosif dans le mur séparant les deux territoires. Des habitants de Rafah, ville du sud de la bande de Gaza, ont indiqué qu’une série d’explosions déclenchées par des hommes armés au cours de la nuit avaient démoli le mur sur une longueur de 200 mètres environ.
La police anti-émeute égyptienne, envoyée en renfort à la frontière, a laissé entrer librement les milliers de Gazaouis venus se ravitailler. Certains conduisaient des charrettes et transportaient des valises pour rapporter des produits de consommation courants et du carburant qu’ils comptaient acheter en Égypte.
«Des hommes armés palestiniens ont créé au moins 15 ouvertures dans le mur entre l’Égypte et Gaza, et un bulldozer palestinien a démoli de larges portions et travaille toujours à détruire le reste du mur», a déclaré un responsable de la sécurité égyptienne.
Israël a fermé la semaine dernière ses points de passage avec la bande de Gaza en réponse aux tirs de roquettes sur son territoire, ce qui a provoqué des coupures d’électricité et l’interruption des livraisons d’aide humanitaire.
Face aux pressions internationales, l’État hebreu a allégé mardi son blocus en autorisant une livraison de carburant destinée à la principale centrale électrique du territoire. Le même jour, des centaines de Palestiniens avaient déjà tenté d’entrer en force en Égypte par le terminal frontalier de Rafah, débordant les forces de sécurité égyptiennes. Une dizaine de personnes au moins avaient été blessées dans les échauffourées qui avaient suivi.
Les Palestiniens scandaient des slogans favorables au Hamas et exigeaient la réouverture du point de passage, fermé le plus clair du temps depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le mouvement en juin.
De nombreux Palestiniens entrés en Égypte ont trouvé un moyen de transport pour rejoindre la ville côtière d’El Arish, à une quarantaine de kilomètres de Rafah.
D’autres se sont bornés à rester dans la partie égyptienne de Rafah où ils ont acheté de l’essence, des cigarettes, de l’huile d’olive et d’autres vivres qui manquent dans la bande de Gaza. «J’ai acheté tout ce dont j’ai besoin pour la maison pendant des mois. J’ai acheté de la nourriture, des cigarettes et même deux gallons de diesel pour ma voiture», a déclaré Mohamed Saïd en poussant un chariot. Selon des témoins, la «sécurité centrale» égyptienne, chargée du contrôle des manifestations et mouvements de foule, avait dépêché une cinquantaine de camions transportant chacun une trentaine d’hommes, mais ils ne sont pas intervenus.
Les mouvements palestiniens ont ouvert mercredi une «conférence nationale» à Damas avec l’ambition affichée de surmonter la division des Palestiniens en pleine crise du blocus imposé à Gaza par Israël .

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *