Dossier nucléaire : Poursuite du dialogue de sourds entre l’Iran et l’Occident

Téhéran et les grandes puissances qui cherchent à l’amener à suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium ont apparemment poursuivi lundi leur dialogue de sourds sur le dossier du nucléaire iranien. Le négociateur iranien Saeed Jalili et le haut représentant de l’Union européenne pour la politique étrangère, Javier Solana, ont évoqué lundi au téléphone les propositions faites à l’Iran par six puissances mondiales. Un responsable de l’UE a ensuite déclaré que cet entretien téléphonique n’avait «pas été concluant» mais n’a pas exclu de nouveaux contacts dans les jours à venir. Selon Gonzalo Gallegos, un porte-parole du département d’Etat américain, l’Iran a promis une réponse par écrit pour mardi. Le 19 juillet, les «Six» – les cinq membres permanents du Conseil de sécurité plus l’Allemagne – avaient donné deux semaines à l’Iran pour accepter de cesser d’enrichir de l’uranium en échange du gel de leurs démarches à l’Onu pour obtenir de nouvelles sanctions contre la République islamique.
Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont menacé les autorités iraniennes de nouvelles sanctions faute de réponse claire de leur part. «Nous sommes tombés d’accord qu’en l’absence d’une réponse positive et claire de l’Iran, nous n’aurons pas d’autre choix que de prendre de nouvelles mesures contre l’Iran dans le cadre de cette stratégie», a déclaré le porte-parole du département d’Etat américain. La Grande-Bretagne a déclaré de son côté qu’elle soutiendrait l’adoption d’un nouveau train de sanctions contre l’Iran à l’Onu si une réponse «sans ambiguïtés et positive » n’était pas apportée d’ici mardi.
La France a exprimé elle «sa déception devant l’absence de réponse claire de l’Iran à la proposition des Six de "double gel" (ndlr, gel de l’enrichissement contre gel des initiatives à l’Onu) pour lancer les négociations et menace Téhéran de nouvelles sanctions. Elle «comprend qu’un document écrit doit parvenir le 5 août à M. Solana, et espère que ce document apportera la réponse que la communauté internationale attend», écrit le Quai d’Orsay dans un communiqué. «En l’absence de réponse positive à l’offre des Six, l’Iran devra alors faire face à de nouvelles sanctions», ajoute-t-il. Solana doit rendre compte aux Six de sa conversation avec Jalili qui, selon Téhéran, ne portait pas sur la proposition de suspension mutuelle, dite «double gel», mais sur les convergences concernant les mesures politiques et économiques incitatives que les puissances proposent à l’Iran.

• Edmund Blair (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *