Egypte: la justice interdit les « activités » des Frères musulmans

Egypte: la justice interdit les « activités » des Frères musulmans

Un tribunal égyptien a interdit lundi les « activités » des Frères musulmans et ordonné la confiscation des biens de l’influente confrérie dont est issu Mohamed Morsi, le président islamiste destitué par l’armée début juillet.

Depuis la destitution de M. Morsi et son arrestation, les nouvelles autorités installées par l’armée répriment dans le sang les manifestations de ses partisans et ont arrêté les principaux dirigeants des Frères musulmans.

Le jugement du tribunal réuni d’urgence lundi s’applique à la confrérie –qui n’a aucune existence légale– ainsi qu’à l’Association des Frères musulmans, une ONG créée sous la présidence Morsi et accusée de servir de façade à la confrérie, mais aussi à « toute organisation qui en émane ou est financée par eux ».

Le parti de la Liberté et de la Justice, bras politique des Frères musulmans, avait remporté confortablement les législatives fin 2011.

Il pourrait tomber sous le coup de ce jugement, de même que l’Alliance contre le coup d’Etat, l’organisation pro-Morsi qui anime la contestation contre les nouvelles autorités.

Le jugement rendu lundi peut faire l’objet d’un appel.

L’implacable répression visant les Frères musulmans et les partisans de M. Morsi a connu son paroxysme le 14 août, lorsque l’armée et la police ont détruit deux campements de milliers d’islamistes réclamant le retour au pouvoir du premier président élu démocratiquement du pays.

Dans ces violences et durant la semaine qui a suivi, plus d’un millier de personnes ont péri, en grande majorité des manifestants pro-Morsi. Dans le même temps, plus de 2.000 membres des Frères musulmans ont été arrêtés.

Leurs plus hauts dirigeants sont actuellement derrière les barreaux ou en fuite et leurs avoirs ont été gelés il y a une semaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *