Egypte : la terreur continue

Egypte : la terreur continue

Une année noire pour l’industrie touristique du pays des Pyramides toujours à la merci du terrorisme. Trente-six heures seulement après le triple attentat de Dahab, deux kamikazes se sont fait exploser mercredi à proximité immédiate d’une base militaire internationale du Sinaï.
L’agence de presse officielle égyptienne SANA a confirmé que la première explosion dans le Sinaï était un attentat-suicide et un communiqué du ministère égyptien de l’Intérieur a précisé que les seules victimes étaient les kamikazes.
Le premier kamikaze s’est fait exploser au passage d’un véhicule transportant un officier de la police égyptienne et deux membres de la Force multinationale et observateurs (FMO), dans la région d’Al-Gora, à 25 km de la bande de Gaza, selon un communiqué du ministère de l’Intérieur. « Les vitres du véhicule ont été soufflées, » ajoute le texte.
Le porte-parole de la FMO, Ian Baxendell, a affirmé à l’AFP que deux véhicules de la FMO se rendant de Rafah, à la frontière avec la bande de Gaza, à Al-Gora, où se trouve la base de la force, avaient été endommagés par l’explosion.
«Les véhicules devaient être à environ 5 km d’Al-Gora. Il n’y a pas de victimes,» a-t-il ajouté, sans pouvoir confirmer la thèse de l’attentat-suicide. «Nous avons une équipe d’enquêteurs sur place actuellement», a-t-il dit.
Le deuxième kamikaze était à bicyclette et a fait détonner sa charge au passage du véhicule de deux officiers égyptiens qui se rendaient sur les lieux de la première attaque, a précisé le ministère de l’Intérieur. « Le kamikaze est mort sur le champ, mais l’explosion n’a pas fait de dégâts, » selon le communiqué.
Ces attaques interviennent deux jours après un triple attentat à Dahab, dans le sud-est du Sinaï, qui a fait 18 morts dont des touristes étrangers et des dizaines de blessés.
Par ailleurs, une trentaine de suspects ont été arrêtés par les forces de sécurité égyptiennes à la suite du triple attentat de Dahab, a indiqué mercredi une source du ministère de l’Intérieur.
Les suspects, pour la plupart des bédouins du Sinaï, sont interrogés dans le cadre de l’enquête sur l’attaque de lundi, la troisième ayant frappé la péninsule du Sinaï en 18 mois, a indiqué la source.
Des sources de sécurité avaient fait état mardi de l’arrestation de dix Egyptiens, dont trois informaticiens originaires du Caire, arrivés à Dahab à la veille des attentats, et qui l’ont quittée moins d’une heure plus tard. Ils ont été arrêtés à un barrage des forces de sécurité, portant de faux papiers d’identité. L’un d’eux était blessé au nez.
Selon les premiers éléments de l’enquête, les trois attentats quasi simultanés ont été perpétrés par des kamikazes, a rapporté le quotidien gouvernemental Al-Ahram.
Le journal a ajouté que les enquêteurs avaient trouvé des lambeaux de corps qui pourraient appartenir à des kamikazes bédouins, et qu’ils effectuaient des tests d’ADN pour les identifier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *