Egypte : Le Parlement décide de prolonger l’état d’urgence

Le Parlement égyptien saisi par Hosni Moubarak a prorogé lundi l’état d’urgence en vigueur depuis l’accession au pouvoir du président il y a 27 ans, selon un député de l’opposition. Le chef de l’Etat avait pourtant promis en 2005 d’abroger cette loi très controversée.
Tous les deux ans depuis l’assassinat du président Anouar el-Sadate par des islamistes en 1981, le Parlement renouvelle l’état d’urgence. Il dote le gouvernement de pouvoirs étendus pour arrêter et détenir des suspects. Les Etats-Unis ont appelé l’Egypte à lever cette mesure qui, selon l’opposition égyptienne et les organisations de défense des droits de l’Homme, donne lieu à de fréquents abus.
Mais le Premier ministre Ahmed Nazif a, selon l’agence de presse officielle égyptienne MENA, déclaré au Parlement qu’il était nécessaire de maintenir l’état d’urgence pour protéger l’Egypte du terrorisme. Les députés d’opposition ont protesté contre ce qu’ils considèrent comme un prétexte pour museler l’opposition. La loi a cependant été adoptée par 305 voix contre 103. Mohammed Habib, numéro deux des Frères musulmans, le principal mouvement d’opposition égyptien, a estimé dans un entretien à l’Associated Press que la loi reflétait l’intention du gouvernement de «maintenir son Etat policier».
Le régime a adopté une attitude plus sévère ces derniers mois envers les militants pour la démocratie, les syndicalistes et les militants des droits sociaux, qui accusent Hosni Moubarak d’oublier ses promesses de réformes. En avril et mai, de très nombreux activistes ont été arrêtés dans des manifestations contre l’envolée des prix.
Les Frères musulmans subissent une répression permanente. Des centaines de leurs membres ont été placés en détention le mois dernier, apparemment pour les empêcher de participer à des élections locales. Le mouvement est officiellement interdit mais il présente des candidats sous l’étiquette d’indépendants et détient ainsi un cinquième des sièges au Parlement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *