Embarassant pour le colonel Kadhafi

Embarassant pour le colonel Kadhafi

Selon des responsables saoudiens, les 13 personnes accusées d’avoir comploté contre le prince Héritier saoudien Abdallah vont comparaître au cours de ce mois, rapporte le quotidien Asharq Al-Awsat. Parmi ces accusés, il y a 4 agents des services secrets libyens. L’un des principaux inculpés est le colonel libyen Mohamed Ismail. Les autorités saoudiennes l’accusent d’être à la tête de l’opération. Ce dernier serait l’artisan de la tentative d’assassinat. Il fut arrêté en Égypte le 27 novembre 2003. Son interpellation est survenue quelques heures après qu’il ait quitté l’Arabie Saoudite. Les autorités saoudiennes affirment que des agents du FBI l’ont interrogé et qu’il avait avoué tout ce qu’on lui avait reproché, rapporte le quotidien.
L’affaire remonte à l’an dernier, les accusés avaient été arrêtés alors qu’ils tentaient de verser une somme de plus d’un million de dollars en cash à des Saoudiens. L’arrestation s’est faite dans un hôtel à La Mecque.
L’enquête saoudienne a révélé que les inculpés avaient projeté de mener une attaque contre la résidence du prince héritier, sise dans la même ville où ils ont été arrêtés. Armés de grenades, ils devaient faire porter le chapeau au groupe Al-Qaida. L’opération était censée s’exécuter trois semaines après les attentats de Riyad, survenus le 9 septembre 2003 et qui ont coûté la vie à 17 personnes. Le quotidien arabophone ajoute qu’un responsable saoudien a affirmé que « les comploteurs ont voulu effacer leurs traces et laisser croire que c’est un coup monté par le groupe terroriste Al-Qaida ».
Selon les enquêteurs, Mouamar Kadhafi aurait commandité cette tentative d’assassinat. Le président libyen aurait été motivé par la dispute qu’il avait eue avec le prince saoudien lors du sommet arabe, qui s’était tenu à Charm El-Cheikh en mars 2003. Les agressions verbales échangées par les deux hommes ont éclaté, sans la moindre retenue, au cours du sommet. Ils échangèrent alors des injures en direct devant les caméras. Selon les enquêteurs, Mouamar Kadafi, ainsi irrité, aurait donné l’ordre à ses services secrets d’éliminer le prince saoudien.
Cette affaire pourrait remettre en cause les efforts du colonel Kadhafi pour redorer son image et rentrer dans le rang de la communauté internationale. Les autorités américaines, quant à elles, ont pris l’affaire au sérieux. Un haut responsable du gouvernement américain a confié au New York Times que, s’il était prouvé que le colonel Kadhafi était impliqué dans un projet de déstabilisation du royaume saoudien, les États-Unis pourraient prendre un virage «à 180 degrés» dans leur politique envers Tripoli.
À en croire le New York Times, les dénonciations auraient déjà eu pour conséquence le maintien de la Libye sur la liste des États supportant le terrorisme, dressée par le département d’État. Il faut, entre autre, rappeler que le ministère des Affaires étrangères américain avait indexé la Libye à la liste des pays qui soutiennent le terrorisme dès 1979. Le 21 décembre 1988, un Boeing 747 de la PanAm, assurant la liaison New-York/Londres, explosait en vol et s’écrasait au-dessus de Lockerbie, en Ecosse, tuant les 259 personnes à bord et 11 au sol. En novembre 1991, le département d’Etat à la Justice accusait deux agents des services secrets libyens, Abdel Basset Ali Al-Megrahi et Lamen Khalifa Fhimah, d’être responsables de l’attentat. Après l’imposition de sanctions internationales à l’encontre de la Libye par le Conseil de sécurité de l’ONU et de longues négociations autour de la question, les deux suspects étaient extradés en avril 1999 et jugés aux Pays-Bas, suivant les lois écossaises. Après 9 mois de procès, l’un des accusés, Abdel Basset Ali Al-Megrahi est déclaré coupable et condamné à la prison à vie. L’autre accusé fut acquitté. La Libye s’engagera, par la suite, à indemniser les familles de victimes, parallèlement à d’autres actions destinées à montrer sa bonne foi.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *