Et Dieu créa «La présidente» !

Sans conteste et même avant que les Français ne choisissent le futur locataire de l’Elysée dimanche prochain, elle  constitue la surprise majeure des présidentielles 2007. Son nom est Ségolène Royal. «Ségo» pour la foule d’intimes et d’anonymes de plus en plus dense qui forme son fan-club. Son apparition sur l’écran radar de ces élections fut aussi soudaine que massivement pénétrante. Elle débarqua avec la vitesse d’un météore, enfiévrant  avec la morgue des débutants les courbes des sondages. En effet, qui aurait cru que cette femme longiligne, à la silhouette effacée, discrète, rongeant son frein dans les allées du pouvoir mitterrandien, serait un jour le porte-drapeau de la flamme socialiste?
Elle avait  tout pour être freinée sec dans ses ambitions présidentielles. Son premier handicap est qu’elle partageait sa vie avec François Hollande qui se trouve être le premier secrétaire du Parti socialiste, poste traditionnellement choisi dans la galaxie socialiste comme tremplin vers l’Elysée. Comment convaincre le père de ses quatre enfants de ravaler ses ambitions et de lui céder le tapis magique vers le pouvoir ? Une situation tellement inédite, tellement originale qu’on dirait le fruit de l’imagination débridée d’un écrivain de scénario hollywoodien.
Si ce passage de témoin  fut en son temps présenté à la  presse et expliqué à l’opinion comme aisé, allant de soi, découlant de l’évidence naturelle qu’impose la dictature des sondages, les difficultés accompagnant l’opération  furent difficiles à masquer. Les méandres mouvementés des primaires au sein du Parti socialiste, la composition durement négociée des équipes de campagne, l’élaboration  forcenée du programme électoral allaient être le théâtre de douloureux grincements de dents aux conséquences électorales néfastes.
Ségolène Royal dut donc passer la sélection des primaires au sein du parti socialiste. Au cours  de ses longs débats, elle n’avait nullement besoin de forcer son talent. Prônant, sans crier gare, «la démocratie participative», une idée aussi séduisante que fondamentalement impraticable , elle n’avait qu’à étaler tranquillement sa «féminité maternelle» et son regard enjoué sur le destin des français, sur les écrans de télévisions ou devant des militants socialistes désabusés. Sa simple présence apporta un électrochoc. Alors que les socialistes étaient encore sous le traumatisme du séisme qu’a été pour eux la chute de la maison Jospin en 2002, ils se prennent subitement à rêver d’un retour au pouvoir. Et si la belle Ségolène, ses sourires enjolivés, ses tailleurs aux couleurs vives, allait réussir là où l’austère Lionel Jospin avait magistralement échoué? Mais avant cela, il fallait convaincre et gagner l’épreuve inédite des primaires. Ce fut étonnamment facile. En face d’elle jouaient deux mastodontes de l’appareil socialiste : Dominique Strauss Khan et Laurent Fabius, deux champions consommés de la technocratie, sans âme et sans rêves. Même si la presse internationale, notamment américaine, en fit la coqueluche du moment, n’hésitant pas à souligner le vent de fraicheur, d’élégance qu’elle introduisit dans cette campagne, sa victoire fut le début d’un long calvaire. Premier obstacle : comment s’imposer à la grande famille de gauche  plurielle française et éviter la grande déperdition de voix qui coûta sa place à Lionel Jospin lors des dernières présidentielles ?  Second obstacle, le plus décisif : comment se positionner par rapport à la tornade Sarkozy dont les œillades appuyées à l’extrême droite visent à  ratisser le plus large possible ? Il y eut de la part de Ségolène l’épisode de l’encadrement militaire des jeunes délinquants, le contrôle accru des prestations sociales, la polémique sur les signes patriotiques et les symboles identitaires… Une vraie course-poursuite vers le statut de celui qui offrira le plus de garanties et d’assurance à une France inquiète de son avenir et qui doute de ses capacités.
Dans sa démarche actuelle, Ségolène Royal mise sur la volonté affirmée ou inconsciente de Français d’opérer une vraie rupture dans leur vie politique en confiant, pour la première fois dans l’histoire, la magistrature suprême à une femme. Il lui reste cette semaine pour les convaincre que, dans ce monde incertain marqué par l’insécurité internationale et domestique, elle peut être la femme «présidente». 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *