Europe : La technologie en renfort dans la lutte anti-terroriste

L’utilisation intensive par Scotland Yard des images provenant des milliers de caméras qui scrutent les rues et les quais du métro de la capitale britannique a donné des idées à plusieurs gouvernements.
En France, le ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy a annoncé lundi que des caméras seraient installées avant la fin de l’année dans les 4.000 bus parisiens. En outre, un projet de loi antiterroriste, contenant des dispositions sur la vidéosurveillance et les données téléphoniques, est en préparation et sera "dès la rentrée" parlementaire pour être adopté "avant Nokl", a indiqué mardi le ministère français de l’Intérieur. En Allemagne, la ville de Berlin et l’Etat régional du Brandebourg ont fait savoir qu’ils comptaient ajouter des caméras dans les réseaux de transport public et prévoyaient de stocker plus longtemps les enregistrements.
"Après les attentats dans la capitale britannique, nous ne voulons pas que l’on nous reproche de ne pas entreprendre suffisamment de choses", a dit le patron de la compagnie berlinoise des transports publics (BVG), Thomas Necker. En Italie, pays régulièrement menacé dans des communiqués signés sur internet par des organisations se réclamant d’Al Qaëda et où un million de caméras sont déjà en place, il a été décidé d’en installer davantage. Dans le métro de Rome, elles seront de meilleure qualité.
Les attaques londoniennes ont également poussé Moscou à installer un réseau vidéo dans son métro: "d’ici un an et demi, tous les wagons du métro en seront muni", a déclaré le chef du métro de la capitale russe, Dmitri Gaiev. La surveillance des réseaux de téléphonie mobile, qui permet d’obtenir très vite des renseignements aussi précieux que qui a appelé qui et d’où, va également être renforcée dans de nombreux pays.
Plusieurs capitales, dont Paris, vont demander aux opérateurs de réseaux de téléphones portables de stocker en permanence pendant un an tous les éléments (hors contenu des conversations) des communications: lieux d’appel et de réception, identification des numéros, durée. Un projet de loi en ce sens sera discuté dès la rentrée. Une telle mesure est également à l’étude en Espagne, où la police voudrait également mettre fin à l’anonymat des 24 millions d’Espagnols ou résidents qui utilisent des cartes téléphoniques pré-payées. C’est ce type de téléphones mobiles, sans contrat, que les auteurs des attentats de mars 2004 (191 morts) avaient utilisé comme retardateurs pour déclencher leurs bombes.
La semaine dernière, le gouvernement italien a décrété l’obligation de désormais fournir une pièce d’identité lors des achats de puces électroniques pour téléphones portables. Le ministre grec de l’Ordre public Georges Voulgarakis a demandé aux opérateurs de réseaux cellulaires de mettre au point des procédures permettant de fournir à la police très rapidement des données téléphoniques. Il a déclaré que son pays était d’accord sur "la philosophie" d’une législation européenne harmonisant l’accession aux données téléphoniques et électroniques. L’adoption de passeports biométriques, comprenant des systèmes infalsifiables comme des empreintes digitales, sera accélérée à la suite des attaques londoniennes. L’Union européenne a déjà prévu de les rendre obligatoires dans les trois ans.
Dans la plupart des pays, l’opposition à ces mesures sécuritaires a perdu du terrain depuis les attentats de Londres, puis de Charm El-Cheikh.
Ainsi en Italie un sondage, publié dix jours après les bombes dans le métro londonien, indique que 74% des Italiens sont favorables à davantage de caméras dans les lieux publics et 60% à un contrôle plus serré des messages électroniques.
Des voix continuent pourtant à s’élever pour dénoncer ces intrusions dans la sphère privée. Au Danemark, pays pourtant régulièrement menacé dans des communiqués signés Al Qaëda sur internet, la demande policière de moyens de surveillance accrus a été repoussée au Parlement.
"Les citoyens doivent pouvoir circuler en paix" a dit la porte-parole du parti libéral au pouvoir, Mme Birthe Roenn Hornbech.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *