Évacuation des Occidentaux de Monrovia

Transportant Américains et Européens depuis les ambassades jusqu’à un bâtiment français mouillant au large dans l’Atlantique : il s’agit de "L’Orage", un transport de chalands de débarquement (TCD) qui effectuait des patrouilles régulières dans le Golfe de Guinée. Le ministère français des Affaires étrangères a précisé qu’il avait commencé à recueillir les ressortissants depuis le début de la matinée.
Ces évacuations surviennent alors que les soldats libériens annoncent davantage de combats dans la banlieue ouest de Monrovia, où des rebelles ont lancé une offensive visant à chasser Charles Taylor du pouvoir. Des explosions pouvaient être entendues dans le lointain.
Les premiers hélicoptères, des Couguars de l’armée française, ont décollé du complexe de l’Union européenne protégé par des barbelés et des soldats équipés d’armes lourdes. "Nous ne pouvons pas travailler et nous devons partir", a dit Isabelle de Bourning de l’organisation Médecins sans frontières (MSF) alors qu’elle courait en direction d’un hélicoptère. "J’espère que ce sera rapide." Au total, ce sont 91 ressortissants occidentaux qui doivent être évacués du complexe de l’UE, a dit David Parker, chef par intérim de la mission européenne au Liberia. Parmi ces ressortissants figurent du personnel du Comité international de la Croix-Rouge (CICR) et de plusieurs organismes des Nations unies. Des familles libanaises qui constituent l’essentiel de la classe marchande en Afrique de l’Ouest devraient également quitter le bâtiment de l’Union européenne. Les hélicoptères chargés de cette évacuation arrivaient avec des renforts militaires à bord. Les soldats, en tenue de camouflage, étaient lourdement armés, de bazookas et de mitrailleuses.
L’Union européenne, qui gère le réseau d’eau de Monrovia, une ville d’un million d’habitants ravagée par la guerre civile et submergée de réfugiés, tentera de maintenir une petite équipe sur place, a ajouté M. Parker. À côté, dans l’ambassade des Etats-Unis, ce sont une centaine d’Américains qui attendent depuis cette nuit pour être évacués. Selon les autorités américaines, l’ambassadeur John Blaney et un groupe de Marines devraient rester dans le bâtiment après l’évacuation. De nombreux habitants de la capitale ont tenté de rejoindre la mission diplomatique, mais les forces américaines leur ont refusé l’accès.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *