Exécution d’Hervé Gourdel : émotion et réunion de crise du gouvernement

Exécution d’Hervé Gourdel : émotion et réunion de crise du gouvernement

Au lendemain de l'annonce de la décapitation de l'otage français en Algérie, le Président François Hollande convoque une réunion de crise du gouvernement ce jeudi 25 Septembre 2014.

L'assassinat d'Hervé Gourdel a soulevé une vive émotion dans tout le pays et suscité l'indignation dans le reste du monde.

Alors au sommet de l'ONU à New York, le président français a condamné mercredi 24 Septembre 2014, le "lâche" et "odieux" assassinat du français en Algérie, par un groupe lié à l'Etat islamique en représailles à l'engagement de Paris dans la campagne aérienne contre l'organisation jihadiste en Irak.

François Hollande a par ailleurs souligné que ce drame renforçait sa "détermination" à lutter contre ce groupe ultradical et que les frappes françaises se poursuivraient en Irak "tout le temps nécessaire". La France "vit une épreuve" mais "ne cède jamais au chantage", a-t-il rajouté.

L'Union européenne a condamné « l'assassinat barbare », et se dit « plus que jamais unie » pour soutenir la lutte contre les «groupes terroristes».

Barack Obama a exprimé la solidarité des Etats-Unis avec la France "face à une terrible perte", lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la lutte contre le phénomène des jihadistes étrangers recrutés notamment au sein de l'EI.

L'Algérie, qui avait déployé quelque 1 500 soldats en Kabylie (nord-est) pour tenter de retrouver l'otage français, a dénoncé un acte "odieux" et "abject".

A Nice (sud de la France), où Hervé Goudel vivait, les drapeaux ont été mis en berne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *