Explosion d’un courrier piégé dans les locaux du FMI à Paris: Christine Lagarde condamne un «acte de violence lâche»

Explosion d’un courrier piégé dans les locaux du FMI à Paris: Christine Lagarde condamne un «acte de violence lâche»

La directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Christine Lagarde, a condamné, jeudi, l’«attentat» ayant ciblé le siège du bureau du FMI à Paris, le qualifiant d’«acte de violence lâche».

«Je condamne cet acte de violence lâche et réaffirme la volonté du FMI de poursuivre notre travail conformément à notre mandat», a souligné Mme Lagarde dans une déclaration publiée sur le site électronique de l’institution de Bretton Woods. Un courrier piégé a explosé jeudi au siège parisien du FMI et blessé une assistante de direction. Le président français François Hollande a qualifié cet acte d’«attentat». La directrice générale du FMI a, en outre, indiqué que le Fonds travaille, «en étroite collaboration avec les autorités françaises pour enquêter sur cet incident et assurer la sécurité de notre personnel».

Selon le préfet de police de Paris, Michel Cadot, le courrier a été envoyé par la poste et il s’agirait d’un «engin pyrotechnique, d’un gros pétard». Les locaux ont été évacués par le police et des membres du laboratoire scientifique de la préfecture de police de Paris ont été déployés pour recueillir des éléments utiles à l’enquête. Le parquet anti-terroriste a été saisi de l’affaire.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *