Ferme soutien du Maroc au président Abbas

Ferme soutien du Maroc au président Abbas

SM le Roi Mohammed VI  appelle à la fin de la violence dans les territoires palestiniens où la situation ne cesse de se dégrader depuis la prise de contrôle par le Hamas de la Bande de Gaza. «Dans les circonstances critiques que traverse le peuple palestinien frère, et qui affligent et meurtrissent tous ceux qui prennent à cœur son devenir et ses intérêts supérieurs, et alors que vous venez de procéder à la nomination et à l’installation d’un gouvernement d’urgence, je voudrais vous dire combien le Royaume du Maroc partage avec le peuple accablé son aspiration légitime à recouvrer la sécurité et la stabilité, sous le règne de la loi, dans le cadre d’un Etat des institutions», souligne SM le Roi à l’adresse du Président Abbas, dans  son message.
 Et d’ajouter : «J’implore le Très-Haut pour que vous meniez à bonne fin les efforts que vous déployez pour colmater les brèches et fédérer de nouveau toutes les composantes de votre vaillant peuple, et ses forces vives qui aspirent à une réconciliation sincère et à une unité sans faille». En outre, le Souverain a souligné que «cet objectif unitaire requiert évidemment de placer les intérêts nationaux palestiniens au-dessus de toute autre considération et de prendre, de façon lucide et responsable, la pleine mesure des impératifs qu’impose cette conjoncture historique».
«C’est ainsi que votre peuple, poursuit SM le Roi, pourra, avec sa tenace résistance et sous votre sage conduite, établir son Etat indépendant, avec, pour capitale, Al Qods Al Charif, et dans le respect de la légalité internationale, de l’Initiative de paix arabe et des accords et ententes passés entre les parties concernées». Soulignons que les islamistes du Hamas  ont critiqué mardi 19 juin le soutien apporté par l’Occident au gouvernement palestinien d’urgence. Ce soutien a été perçu comme une tentative de «faire chanter» le peuple palestinien et de l’éloigner du Hamas. Il faut également relever que  les Européens et les Américains ont levé le blocus qu’ils imposaient depuis 15 mois au gouvernement palestinien, après la formation, samedi du cabinet d’urgence. En outre, les  Européens, premiers bailleurs de fonds des Palestiniens, ont annoncé la «normalisation immédiate» de leurs relations avec l’Autorité palestinienne, pour renforcer le gouvernement de Mahmoud Abbas. Certes, la reprise des aides à un gouvernement qui, dans la pratique, ne gouverne qu’en Cisjordanie devrait contribuer à alléger la crise économique dans ce territoire. Seulement voilà, la Bande de Gaza, restée sous le joug des  milices armées du Hamas, est menacée d’une grave crise humanitaire. La détérioration de la situation sécuritaire dans la Bande de Gaza a obligé des centaines de civils palestiniens à se masser sur le point de passage Eretz dans l’espoir de pouvoir gagner la Cisjordanie, et par crainte de représailles de la part des milices du Hamas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *