Fillon fait pénitence pour Hortefeux et Besson

Fillon fait pénitence pour Hortefeux et Besson

Qu’y avait-il d’extrêmement urgent, de politiquement pertinent pour que le Premier ministre François Fillon paie de sa propre personne et assiste à l’inauguration de la mosquée «Al Ihsan» (la bienfaisance) à Argenteuil, dans le Val d’Oise hier lundi? La question n’est ni un caprice d’esprit éreinté par la course haletante derrière les grands titres de l’actualité, en quête de repos estival, ni une manière de provoquer un débat factice là où les agendas politiques s’emboîtent souvent dans la cohérence. François Fillon aurait pu s’abstenir d’une telle démarche. Personne ne l’aurait même pas remarqué tant il n’est pas dans les habitudes des locataires de Matignon d’essaimer leurs emplois de temps par des inaugurations des lieux de culte. Dans le cas de François Fillon à Argenteuil, cela fleure bon la grande stratégie de communication politique. A quelques jours d’un débat passionné sur l’interdiction de la burqa en France, réduit par beaucoup et souvent à tort, à une stigmatisation de l’identité et de la pratique des musulmans de France, les stratèges de François Fillon ont dû se gratter le crâne jusqu’à des rougeurs visibles pour trouver une action d’éclat qui envoie un message d’estime et de valorisation pour les musulmans de France. Et qu’y a-t-il de plus rassurant que d’inaugurer une grande mosquée en présence des grandes notabilités de l’Islam de France. Le geste est fort, surtout pour une religion, la deuxième en France, dont la présence même sur le sol français est sournoisement remise en cause et qui continue à se pratiquer dans des caves sauvages ou des garages désaffectés. François Fillon, chef de gouvernement, a tenu à inaugurer personnellement cette mosquée avec la volonté explicite de prendre les choses en main. Mais l’a-t-il fait de manière volontaire ou contrainte, dans la mesure où de pareilles activités sont en général du domaine du ministère de l’Intérieur et du Culte, fonction occupée actuellement par Brice Hortefeux? Même si ce dernier fait partie de la délégation qui a inauguré la mosquée d’Argenteuil, il aurait été difficile, limite cocasse, de le voir seul au commandes d’une telle opération. Brice Hortefeux se distingue actuellement dans l’histoire des ministres de l’Intérieur, d’être le seul à avoir été condamné par la justice pour «injures raciales» suite à ses confidences politiquement incorrectes sur le seuil des Arabes et «des Auvergnats» à supporter sur les territoires de la République. L’inauguration de la mosquée d’Argenteuil, «la plus grande mosquée d’Europe par sa superficie», selon son manager Abdelkader Achebouche, intervient alors que les braises du débat sur l’identité nationale animé par le ministre de l’Immigration et de l’Identité nationale Eric Besson, sont toujours vivaces. Ce débat, lancé à la base pour construire une réflexion sur qu’«être Français aujourd’hui», avait été organisé dans la précipitation et l’amateurisme et a fini par libérer une dangereuse parole raciste et xénophobe qui menace l’ensemble du vivre ensemble républicain. La démarche de François Fillon vise, dans ce contexte de suspicion généralisé, à recréer un lien de confiance entre une communauté musulmane française qui vit sa foi sur le fil du rasoir et une République tentée et travaillée opportunément par les démons de l’intolérance et de l’exclusion.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *