Finlande, Yémen et Koweït : Les enquêtes se poursuivent

D’après les premiers résultats de l’enquête sur l’attentat de vendredi soir en Finlande, l’homme qui a déposé la bombe dans le centre commercial de la banlieue d’Helsinki figure au nombre des sept personnes tuées dans l’explosion de l’engin, conçu pour faire le plus grand nombre de victimes possible.
«L’homme est âgé de moins de vingt ans, c’est un étudiant de la région, et nous avons toutes les raisons de croire que c’est lui qui est à l’origine de la bombe et a été tué dans l’explosion», a déclaré samedi Rabbe Von Hertzen, haut responsable du bureau national des enquêtes. L’origine de cet attentat, qui a aussi fait plus de 80 blessés, serait d’ailleurs le fait d’un déséquilibré qui aurait agi de façon isolée, même si, plus tôt dans la journée, le Premier ministre finlandais, Paavo Lipponen, avait qualifié l’explosion d’«acte terroriste».
Cette dernière version ne faisait par contre aucun doute dans l’esprit des autorités koweïtiennes et américaines suite à l’attentat de mardi qui a coûté la vie à un Marine et en a blessé un autre. Le ministère de l’Intérieur a annoncé samedi avoir déféré à la justice 15 Koweïtiens en liaison avec l’attaque, expliquant que ces suspects avaient planifié cinq autres attentats contre des cibles étrangères. La même source n’a pas confirmé l’appartenance du groupe d’Anas Al-Kandari, l’un des deux assaillants abattus, à Al-Qaïda même si l’émir de l’organisation avait fait allégeance à Oussama Ben Laden.
Le milliardaire saoudien est-il aussi derrière l’explosion du pétrolier français au large du Yémen le 6 octobre ? Les experts, muets sur les résultats de l’enquête, étaient divisés dimanche sur le sort du navire, que les Français souhaitaient faire remorquer jusqu’au port de Dubaï pour réparation. Requête rejetée par les enquêteurs yéménites, soutenus par leurs homologues américains, qui voulaient que le Limburg et son équipage franco-bulgare restent au Yémen pour approfondir les investigations. Lesquelles, si elles ne sont pas terminées, penchaient de plus en plus pour la thèse de l’attentat…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *