France: le décès d’un militant écologiste met dans l’embarras le gouvernement

France: le décès d’un militant écologiste met dans l’embarras le gouvernement

La mort de Rémi Fraisse, 21 ans, un jeune écologiste lors d'une intervention des forces de l'ordre contre une manifestation, met dans l'embarras le gouvernement français.

Le président François Hollande a assuré mardi 28 octobre 2014 que « toute la vérité » sera faite sur le décès du jeune militant dont le corps a été découvert dans la nuit de samedi à dimanche, 25 et 26 octobre 2014 sur le site d'un projet de barrage contesté où de violents incidents venaient d'opposer manifestants et gendarmes.


Ce décès est le  premier du genre dans le contexte d'une manifestation réprimée par la police en France métropolitaine depuis celle de Malik Oussékine, un étudiant de 22 ans matraqué par des policiers à moto le 6 décembre 1986 à Paris en marge d'une manifestation contre un projet de réforme universitaire.
 Toutefois, M. Hollande a dénoncé des «propos excessifs» alors que ses anciens alliés écologistes au gouvernement ont mis en cause en termes très vifs l'action des forces de l'ordre.

 L'ancienne ministre verte du Logement Cécile Duflot a déclaré que la mort de Rémi Fraisse est "un scandale absolu", une "tâche indélébile sur l'action de ce gouvernement". 

Les écologistes qui ont quitté le gouvernement en avril en raison de désaccords sur l'immigration et la sécurité, ont mis en cause le bien fondé du projet de barrage destiné à l'irrigation de terres agricoles à Sirvens (sud-ouest) et dont la construction va détruire un écosystème fragile.

Ce projet de retenue d'une capacité de 1,5 million de mètres cube d'eau est soutenu par les élus locaux et avait reçu l'aval des représentants de l'Etat.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *