G8 : Bush et Blair piégés par les micros

G8 : Bush et Blair piégés par les micros

Le président George W. Bush a mêlé diplomatie et gaffe sur le conflit du Proche-Orient lundi au sommet du G8, évoquant une mission de sa secrétaire d’Etat dans la région mais ajoutant aussi que le Hezbollah devait «cesser de semer sa merde».
Le président américain était filmé par la télévision mais ignorait apparemment que ses propos étaient aussi diffusés par des micros ouverts au moment où il parlait à son allié le plus fidèle, le Premier ministre britannique Tony Blair, lors d’un dernier déjeuner à Saint-Pétersbourg.
«Ce qu’ils doivent faire, c’est amener la Syrie à faire en sorte que le Hezbollah cesse de semer la merde, et ce sera fini», dit-il sans préciser qui il entendait par "ils".
M. Bush indique aussi que sa secrétaire d’Etat Condoleezza Rice pourrait jouer un plus grand rôle dans la recherche d’une solution dans la région.
«Elle va y aller, je crois que Condi va y aller assez rapidement», a-t-il dit. Mme Rice avait déclaré dimanche envisager de se rendre au Proche-Orient après le retour prévu cette semaine d’une mission d’évaluation de l’ONU.
M. Blair a répondu qu’il pourrait lui aussi se rendre dans la région si Condoleezza Rice «avait besoin qu’on lui prépare le terrain». Il a estimé que l’enjeu serait moins élevé pour lui que pour la responsable américaine.
«Si elle y va, elle doit réussir, de fait, alors que moi je peux juste y aller et faire des déclarations», assure-t-il.
C’est à ce moment que le président Bush, qui n’en n’est pas à sa première bourde, lance sa phrase sur le Hezbollah et la Syrie.
«L’ironie est que ce qu’ils doivent faire, c’est amener la Syrie à faire en sorte que le Hezbollah cesse de semer la merde, et ce sera fini», dit-il.
Il laisse aussi percer sa frustration à propos du secrétaire général de l’ONU. «Qu’est-ce qui se passe avec Kofi Annan? Je n’aime pas l’enchaînement des événements qu’il fait. Fondamentalement, son attitude consiste à dire: un cessez-le-feu et tout le reste suit», déclare M. Bush. M. Blair lui répond: «Qu’est ce qu’il pense? Il croit que si le Liban s’en tire bien, s’il obtient une solution en Israël et Palestine, l’Irak va dans la bonne direction, il aura réussi».
Mais le Premier ministre britannique souligne aussi qu’on «ne peut pas stopper tout ça sans un accord sur cette présence internationale», faisant référence à la force de stabilisation au Liban-sud envisagée par le G8. M. Bush ajoute: «j’ai eu envie de dire à Kofi d’appeler (le président syrien Bachar) al-Assad au téléphone, pour qu’il se passe quelque chose».
L’enregistrement a été fait au moment où le président Bush devait prononcer quelques mots en présence des autres dirigeants réunis à Saint-Pétersbourg, qu’il trouve visiblement bavards.
«Je ne vais pas parler trop longtemps comme les autres. Certains de ces types parlent trop longtemps», dit-il.
Parmi les autres révélations de cette franche conversation: M. Bush boit du Coca light, aime les petits pains beurrés et a envie de rentrer chez lui. «Je dois partir d’ici à deux heures et quart de l’après midi. Ils veulent que je quitte leur ville pour pouvoir libérer vos forces de sécurité» dit-il apparemment au président Vladimir Poutine, hors champ.
S’adressant à un autre convive, il ajoute: «Vous êtes voisins. ça ne vous prend pas beaucoup de temps pour rentrer chez vous». «Faut que je rentre. J’ai des choses à faire ce soir».

Olivier KNOX
(AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *