G8 : Croissance et terrorisme au menu

La France et les Etats-Unis semblaient lundi vouloir tourner la page et «aller de l’avant» comme l’a souligné George W. Bush. à l’issue de leur tête-à-tête, les deux présidents ont tout d’abord évoquer leurs convergences sur le dossier du Proche-Orient avant d’évoquer le principal thème du sommet, cher à Washington : la croissance mondiale. Le G8 a «un message de confiance» sur l’économie, a déclaré Jacques Chirac, insistant sur la «conviction commune» de la France, des Etats-Unis et plus largement des autres pays du G8, «sur la capacité du monde de demain à assumer une croissance accrue». De l’avis de M. Bush, la réunion de travail qui y a été consacrée lundi matin a été «très positive et très utile».
Les huit pays s’y sont montrés déterminés à «atteindre les objectifs du cycle de négociations commerciales multilatérales de Doha (sous l’égide de l’OMC) dans le délai, d’ici 2004». Dans une déclaration commune, les membres du G8 ont souligné leur «confiance et attachement envers le système commercial multilatéral qui contribue considérablement à la croissance, à la stabilité et au développement durable au niveau international depuis plus de cinquante ans».
Le Japon, l’Allemagne, le Canada l’Italie, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et les Etats-Unis ont aussi réaffirmé leur «détermination à lutter contre la corruption et la mauvaise gestion des fonds publics, tant au niveau des recettes que des dépenses».
Enfin, dans un troisième volet, ils ont souligné l’importance de restaurer la confiance dans les entreprises et les marchés financiers, notamment par le soutien américain à un dollar fort.
Autre thème majeur discuté à Evian, dans les Alpes françaises, le terrorisme et la non-prolifération des armes de destruction massive devaient faire l’objet d’un consensus. Les membres du G8 devaient publier une déclaration sur la lutte contre la prolifération des ADM et nommer l’Iran et la Corée du Nord comme des sources particulières de préoccupation. C’est en tout cas qu’a annoncé lundi un responsable britannique avant la clôture des travaux. Ces deux pays sont actuellement objets de larges pressions américaines pour le développement de leurs programmes nucléaires respectifs. Lundi, depuis Séoul où il est en tournée, le secrétaire adjoint à la Défense Paul Wolfowitz a même menacé Pyongyang d’une réaction «dévastatrice» s’il lui venait l’idée d’attaquer son voisin du sud.
Quant à l’Iran, soupçonné de vouloir se doter d’un arsenal militaire en plus de son programme civil officiel, il est pressé de signer le protocole additionnel au Traité de non-prolifération, qui facilite les visites impromptues des experts en désarmement. Dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, le président Chirac a par ailleurs annoncé l’envoi de forces spéciales françaises en Afghanistan pour appuyer les troupes américaines et «participer à la stabilisation» du pays. En fin d’après-midi lundi, sans M. Bush, les sept membres du G8 devaient parler du développement durable qui comprend la lutte contre la faim, l’accès à l’eau et le financement du développement. La matinée d’aujourd’hui devait être consacrée à la déclaration finale des travaux.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *