Gaza : les deux journalistes de Fox News libérés

Steve Centanni, de nationalité américaine, et Olaf Wiig, cameraman néo-zélandais, très émus et apparemment en bonne forme, malgré l’épreuve qu’ils ont subie, ont été relâchés devant un hôtel du front de mer à Gaza.
Ils avaient été enlevés dans le centre de Gaza par des hommes armés qui avaient intercepté la voiture à bord de laquelle ils circulaient. Steve Centanni a raconté à CNN qu’ils avaient été forcés par leurs ravisseurs, sous la menace des armes, de se convertir à l’Islam, en prononçant la sourate traditionnelle du Coran sur la conversion. «J’ai le plus grand respect pour l’Islam mais c’était quelque chose que  nous devions faire parce qu’ils avaient les armes, et que nous n’avions pas la  moindre idée de ce qui se passait». La chaîne de télévision américaine Fox News avait reçu un enregistrement vidéo montrant ses deux journalistes en train de se convertir à l’Islam.
«Je suis si heureux d’être libre, parce qu’il y a eu des moments où je  pensais que j’allais mourir, mais j’estimais que les ravisseurs n’auraient pas  besoin de moi mort», a ajouté M. Centanni peu après sa libération. Il a décrit les conditions de son enlèvement et celui de son collègue Olaf  Wiig, précisant qu’ils avaient été séquestrés dans un garage où ils avaient été  conduits, menottés avec des liens en plastique et qu’on leur avait interdit de  communiquer entre eux. L’enlèvement avait été revendiqué par un groupe jusqu’alors inconnu, les  Brigades du Jihad saint, qui avait exigé la libération de tous les musulmans détenus dans les prisons américaines. «Nous allons vous donner une chance qui ne se répétera pas: la libération des musulmans et des musulmanes détenus dans les prisons américaines en échange  des détenus qui sont entre nos mains», affirmait le groupe dans le texte. Les Etats-Unis et la Nouvelle-Zélande avaient rejeté ces conditions.
Le groupe avait joint à son communiqué un enregistrement vidéo montrant les deux journalistes. Le style des ravisseurs rappelle celui d’Al-Qaïda.
Le Premier ministre palestinien, Ismaïl Haniyeh, a démenti dimanche tout lien entre le réseau terroriste et les ravisseurs. «Je ne pense pas que les ravisseurs étaient liés à Al-Qaïda. Ils ne sont pas Al-Qaïda, et ils n’ont pas  de lien avec Al-Qaïda», a-t-il dit à la presse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *