Guérilla en Colombie

Le mouvement rebelle marxiste des Forces Armées Révolutionnaires de Colombie a décidé de bloquer trois départements dont celui de Cundin-amarca, où se situe Bogota, la capitale, au moment où le président Andres Pastrana donnait l’ordre à l’armée de contre-attaquer. Cette escalade intervient alors que reprenaient les pourparlers de paix entre les rebelles et les émissaires du pouvoir, suspendus depuis le 17 octobre par les FARC. Un accord était même intervenu dimanche entre les deux parties sur la signature d’un cessez-le-feu le 7 avril prochain. Le « blocage armé », lancé mercredi, concerne les routes des départements d’Arauca (Est, frontalier avec le Venezuela), du Meta (Centre) et du Cundina-marca. Les porte-parole des fronts rebelles présents dans ces régions ont précisé que la paralysie serait maintenue jusqu’au 5 février.
Cette nouvelle action de la guérilla s’inscrit « dans la continuité de l’offensive terroriste » lancée la semaine dernière par les FARC, a déclaré le Général Freddy Padilla, commandant de la 5ème brigade de l’armée de terre. Le président Andres Pastrana a donné l’ordre à l’armée de terre de « combattre les violents, quels qu’ils soient, pour protéger la vie, l’honneur et les biens des Colombiens », ainsi qu’il l’a déclaré.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *