Hillary Clinton : «Nous ne pouvons pas gagner» en Irak

Hillary Clinton a placé la guerre d’Irak au premier plan de sa campagne électorale en portant le fer contre son rival démocrate Barack Obama et le républicain John McCain sur un sujet qui divise les Américains. «Nous ne pouvons pas gagner», a-t-elle affirmé alors qu’approche le cinquième anniversaire de l’invasion américaine de l’Irak qui, dit-elle, a sapé les fondements de la puissance militaire et économique des Etats-Unis.
«Notre sécurité économique est en jeu», a-t-elle dit. «En prenant en compte les coûts à long terme du remplacement des équipements, de l’assistance médicale des troupes et des allocations versées aux familles, la guerre en Irak pourrait au final nous coûter bien plus de mille milliards de dollars». En cinq ans, la facture du conflit a d’ores et déjà dépassé les 500 milliards de dollars.
La sénatrice de New York a exposé dans un discours ses propositions pour traiter ce conflit. Elle compte notamment veiller à ce que les soldats disposent de périodes de repos suffisantes entre les missions, faire pression sur l’ONU pour que l’organisation s’implique davantage et obtenir une aide des alliés de Washington pour stabiliser la région. «Pour ramener nos soldats au pays en toute sécurité, il faudra un président prêt à être le commandant en chef dès le premier jour», a-t-elle averti. «Le retrait n’est pas la défaite. La défaite, c’est de maintenir des troupes en Irak pendant cent ans».
Clinton, qui serait la première présidente des Etats-Unis, prenait la parole au moment où McCain se trouvait en Irak avec une délégation parlementaire. Elle a aussi accusé Obama de ne pas avoir parlé de mettre fin à la guerre avant de se lancer dans la course à la Maison-Blanche. «Le sénateur Obama dit souvent que les paroles comptent. Je suis bien d’accord. Mais le seul fait de prononcer des discours ne mettra pas fin à la guerre, et faire des promesses de campagne qu’on n’est pas sûr de tenir n’y mettra pas fin non plus», a dit Clinton. Elle a parallèlement accusé McCain de défendre la même ligne que George Bush sur la question irakienne. «Ils veulent tous deux nous enchaîner à une guerre civile, une guerre que nous ne pouvons pas gagner. Voilà pour résumer la politique irakienne de Bush et McCain. Ne pas tirer les leçons de nos erreurs, mais les répéter».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *