Histoire des services : DGSE : Opération satanic (1)

Le Rainbow Warrior, bateau de l’organisation aux méthodes musclées Greenpeace, à été coulé le 10 juillet 1985 à 23 :38 dans le port d’Auckland (Nouvelle-Zélande) par les membres des services spéciaux de la DGSE, provoquant la mort du photographe et espion soviétique Fernando Peira.
L’opération Satanic avait pour objectif de « neutraliser » le « Rainbow Warrior », qui luttait contre les essais nucléaires français dans le Pacifique.
Chronologie de l’opération :
Septembre 1983 : Mise en garde de l’Amiral Fages (directeur du centre d’essais nucléaires DIRCEN) au ministère de la Défense, sur les opérations de Greenpeace, par un entretien avec l’amiral Lacoste patron de la DGSE.
4 mars 1984 : L’Amiral Fages fait un rapport au ministre de la défense, Charles Hernu, lequel donne l’ordre à l’Amiral Lacoste de mobiliser ses agents.
Le général Saulnier, chef d’état-major particulier de François Mitterrand signe une attribution de crédits exceptionnels alloués sur les fonds spéciaux.
Le décret débloquant l’argent est signé par Laurent Fabius.
26 mars 1984 : Une note est envoyée par l’Amiral Fages au Comité Interministériel du Renseignement (CIR).
Début 1985 : L’antenne britannique de la DGSE envoie un rapport sur le fait que GREENPEACE touche des fonds de la BRITSH PETROLEUM compagnie concurrente du nucléaire français.
18 avril 1985 : Mise en route du lieutenant Christine Cabon alias Frédérique Bonlieu de la DGSE. Elle est chargée d’infiltrer le mouvement de la paix (soutenu par les communistes) ainsi que les mouvements des verts en Allemagne. Son officier de liaison est le Capitaine Dominique Prieur.
20 avril 1985 : le Médecin de 38 ans, Xavier Maniguet, honorable correspondant de la DGSE s‘adresse à l’agence Odyssée, rue de Ranelagh à Paris, pour louer un voilier dans le pacifique sud à Nouméa et trouver un équipage ; versement de 90 000 Frcs.
25 avril 1985 : Roland verge (Adjudant-chef de la DGSE) s’adresse à l’agence Odyssée pour trouver un sponsor et un bateau pour naviguer dans les mers du sud.
28 mai 1985 : Feu vert de l’Elysée à l’Amiral Lacoste pour l’opération SATANIC
28 mai 1985 : Verge fait un aller-retour à Nouméa pour vérifier le bateau, un first 38 de 11.70 m
29 mai 1985 : Gérald Andriès alias Eric Audrenc, arrive à Londres avec la mission de tromper le MI5 en jouant le rôle d’un marchand d’armes. Il se précipite chez BARNET MARINE au nord de Londres.
Le directeur de l’établissement est un ancien du contre-espionnage britannique et Greenpeace est l’une de ses principales clientes. Celui-ci achète un zodiac français de couleur grise et un moteur Yamaha de quatre chevaux en prétendant être le représentant d’une compagnie de plongée belge, il est logé à l’hôtel VANDERBILT.
30 mai 1985 : Mise en surveillance de Gérald Andriès par le MI5.
7 juin 1985 : Andriès, Bartelo et Verge ainsi que Philippe Dubast arrivent à Nouméa. Prise en compte de l’Ouvéa qui appartient à Jean Pélissier, honorable correspondant de la DGSE. Celui-ci est commerçant, il détient plusieurs boutiques d’accastillage dont une à Tahiti et une entreprise de travaux sous-marins. Il collabore avec Daniel Palacz, lui aussi Honorable correspondant spécialiste en explosifs et représentant de la société d’explosifs Néo-zélandais ICI.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *