Histoire des services : Echelon : les grandes oreilles de la NSA (2)

Les prérogatives officielles
Dans la directive 9 du National Security Council Intelligence du 10 mars 1950, la notion de communication extérieure est définie au sens du COMINT; c’est ainsi qu’il faut entendre par communication extérieure toute communication gouvernementale au sens large (pas uniquement militaire), ainsi que toute autre communication, pouvant contenir des informations d’intérêt militaire, politique, scientifique ou économique.
La directive NSCID 9 de 1952 stipule que le FBI est seul responsable pour la sécurité intérieure. La directive du DOD de 1971 concernant la NSA et le Central Security Service (CSS) définit comme suit ce concept pour la NSA :
– La NSA est un service distinct au sein du ministère de la Défense, qui est placé sous la direction du ministère de la Défense ;
– La NSA assure, d’une part, la mission SIGINT des Etats-Unis et met, d’autre part, à la disposition de tous les ministères et services des systèmes de communications sûrs.
Le directeur de la NSA s’explique
Dans une déclaration qu’il a faite le 12 avril 2000 devant la Commission d’enquête permanente « Renseignement » de la Chambre des représentants, Hayden, directeur de la NSA, décrit comme suit les missions de la NSA :
– La surveillance électronique sert à rassembler des communications extérieures à l’intention des militaires et des responsables politiques.
– La NSA fournit aux consommateurs gouvernementaux américains des renseignements sur le terrorisme international, la drogue et la prolifération des armements.
– La NSA n’a pas pour mission de collecter toutes les communications électroniques.
– La NSA ne peut transmettre des informations qu’à des destinataires autorisés par le gouvernement ; elle ne peut en transmettre directement aux entreprises américaines.
Révélations
Le 6 septembre 1960, deux déserteurs de la NSA révélèrent au cours d’une conférence de presse l’étendue mondiale des activités de la NSA.
«Nous savons, pour avoir travaillé à la NSA que les États-Unis espionnent les communications secrètes de plus de quarante nations, y compris celles de nos propres alliés… Les communications classiques tout autant que codées sont surveillées, et cela concerne pratiquement toutes les nations du monde, y compris celles dans lesquelles sont implantées les stations d’écoute». Quinze ans plus tard, le sénateur américain Frank Church émit un sinistre avertissement lorsque commencèrent les enquêtes sur la NSA qui suivirent le scandale du Watergate. Le comité Church dévoila alors que la NSA avait mis en place une « liste de surveillance », afin d’intercepter les communications internationales de milliers d’Américains, notamment celles d’opposants notoires à la guerre du Vietnam. «Je sais qu’il y a ici capacité à rendre la tyrannie totale… nous devons nous assurer que cette agence… travaille dans le respect des lois et sous un contrôle adéquat, afin que nous ne traversions jamais cet abysse». Par ailleurs, une ancienne employée de Lockheed Martin a reconnu avoir travaillé sur le projet pour le compte de la NSA, dans un laboratoire informatique de Sunnyvale (Californie) puis sur le site de Menwith Hill (Royaume-Uni). Affectée à Echelon durant les années 70 et jusqu’au milieu des années 80, elle affirme qu’Echelon était déjà « grand et sophistiqué ». « Il m’est impossible d’imaginer sa puissance actuelle », ajoute-t-elle.
Interrogée sur le nom du projet, elle répond qu’Echelon est uniquement le réseau informatique sur lequel fonctionnent les logiciels, qu’elle nomme SilkWorth et Sire. Toujours tenue au secret bien qu’ayant été licenciée, elle refuse de donner des précisions sur son fonctionnement. Elle affirme, en revanche, qu’il s’entoure de mouvements financiers obscurs entre la NSA et ses sous-traitants. Elle précise également qu’ Echelon se focalise sur une « cible » donnée et intercepte toutes les communications qui en émanent.

• Préparé par Omar Dahbi

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *