Immigration : Wade veut des barrages !

Immigration : Wade veut des barrages !

Que ramènera Miguel Angel Fernadez Mazarambroz de son voyage à  Dakar ? Dépêché par le gouvernement espagnol, cet ambassadeur spécial est arrivé au Sénégal dimanche avec l’objectif  de  coordonner une cellule diplomatique pour l’Afrique de l’Ouest. Il s’agit du plan espagnol visant à tarir à la source l’immigration clandestine vers l’archipel des Canaries.
Depuis janvier 2006, près de 7 500 clandestins ont été enregistrés aux Iles Canaries. Le record de 9. 929 immigrés clandestins interceptés en 2002 sera à coup sûr pulvérisé cette année. Cela malgré une option toute sécuritaire prise par l’Union européenne et l’Espagne, qui ont renforcé de manière drastique les moyens de surveillance de leurs frontières avec l’Afrique.
Madrid qui ne compte qu’une ambassade dans la région (en attendant l’ouverture d’une représentation au Mali) compte sur le président Abdoulaye Wade pour nouer une coopération fluide et utile avec ces pays «émetteurs ». Le pays de Cervantès entend surtout convaincre ces pays de  signer des accords bilatéraux de refoulement de leurs ressortissants entrés irrégulièrement en Espagne.
Une partie loin d’être gagnée, à entendre les propos du président sénégalais, publiés par le Journal du Dimanche et repris par l’agence EFE : «qu’ils me les renvoient, soit, mais qu’ils me donnent aussi des barrages », martéle celui qui vient tout juste d’être auréolé à Paris du Prix Félix Houphet Boigny pour la paix.
Le président sénégalais rappelle qu’il a toujours été contre l’émigration des Africains, souvent risquée et coûteuse pour le continent. «Pour lutter contre ce fléau, insiste-t-il, il faut nous aider à créer des emplois suffisamment pour que les gens n’aient pas la tentation de partir et pour cela, nous avons essentiellement l’agriculture ». Quand le  Maroc avait expulsé des Sénégalais, rappelle M. Wade, « nous avions trouvé une formule qui consiste à trouver des terrains pour de petites exploitations où ces jeunes peuvent s’installer ». Le chef du Parti démocratique sénégalais se dit convaincu que son pays peut exporter ses produits agricoles en Europe et aux USA.  Ces barrages réclamés à l’Espagne  coûteront entre 62 500 et 91 260 euros. Sans commune mesure avec l’armada de surveillance électronique et militaire qui entoure les Iles espagnoles. Le président Wade use du même procédé qu’avec le ministre de l’Intérieur français Nicolas Sarkozy, à propos de son plan d’immigration choisie, «immigration jetable», selon  les médias. «Le Sénégal consacre 40% de son budget à l’éducation. Je vais former des cadres et ils vont développer l’économie française !Je vais vous envoyer la facture pour que vous me remboursiez l’argent que j’ai dépensé. La France est libre de définir sa politique mais je proteste contre ce système. » L’ambassadeur espagnol prendra-t-il en compte la doléance du président sénégalais ? M. Mazarambroz sera rejoint par six autres diplomates espagnols qui effectueront ensuite des missions en Gambie, en Guinée Bissau, en Guinée Conakry et au Cap Vert.
D’autres émissaires prendront le relais et seront chargés de prendre langue avec le Liberia, la Sierra Leone, le Ghana, la Côte d’Ivoire, le Nigeria et le Cameroun. 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *