Irak : la tension monte à Bagdad

Irak : la tension monte à Bagdad

La situation se corse en Irak et devient de plus en plus compliquée à tel point qu’on ne peut savoir qui complote contre qui, ni qui tire les ficelles. L’assassinat d’un avocat du président irakien déchu Saddam Hussein, le deuxième en moins de trois semaines, risque de mettre de l’huile sur le feu. Aujourd’hui, la pression s’accentue sur le gouvernement irakien accusé de ne pas assurer une protection adéquate aux défenseurs du président déchu.
Washington et le collectif de défense ont aussitôt condamné le meurtre et se sont attaqués avec virulence aux autorités irakiennes. Ces derniers, pour se défendre, ont suggéré que l’assassinat était l’œuvre de partisans de l’ancien régime cherchant à transférer le procès hors d’Irak.
Entre-temps, le commandement militaire américain a annoncé que le ratissage de Houssabayh, à la frontière avec la Syrie, avait pris fin et que l’offensive "Rideau d’acier" continuait pour le cinquième jour consécutif pour établir une présence militaire permanente dans cette localité. « L’offensive "Rideau d’acier" se poursuit, les soldats américains et irakiens continuant à créer les conditions d’une présence militaire permanente dans la localité, considérée comme un fief d’Al-Qaïda », souligne un communiqué de l’armée américaine.
Al-Qaïda avait auparavant donné un ultimatum de vingt-quatre heures aux forces américano-irakiennes pour mettre fin à l’opération "Rideau de fer". Après l’expiration du délai, le groupe d’Abou Moussab Al-Zarkaoui a annoncé, mardi 8 novembre, dans un texte sur Internet, le début d’une offensive dans l’Ouest de l’Irak.
«Vos frères dans la branche militaire de l’organisation Al-Qaïda en Mésopotamie engagent aujourd’hui la "Conquête de la Vengeance" de la communauté des sunnites à Al-Qaëm, après que les Croisés (les Américains) et le gouvernement apostat (le gouvernement irakien) n’ont pas cessé leurs opérations», indique le communiqué mis en ligne par le groupe d’Al-Zarkaoui sur son site habituel. Signé par Abou Maïssara Al-Irak, porte-parole du groupe d’Al Zarkaoui, ce communiqué n’a cependant pas pu être formellement authentifié.Ennemi numéro un des Etats-Unis en Irak, le groupe d’Al Zarkaoui a revendiqué de nombreux attentats meurtriers et la décapitation d’otages.  L’offensive impliquera « la brigade Al-Bara Ibn Malek, la brigade Omar et d’autres unités [du groupe]», ajoute le texte, en précisant qu’il « était prévisible que les Croisés et le gouvernement apostat ne répondraient pas à l’ultimatum ». L’opération américaine a empêché les habitants de Houssaybah installés dans un centre d’accueil de regagner leurs foyers. D’après les Américains, quelque 900 personnes se sont actuellement déplacées prises en charge par les forces irakiennes. La localité, qui compte environ 30.000 habitants, a été largement désertée par la population en raison des conflits tribaux qui ont éclaté il y a quelque mois au sujet de la présence de combattants d’Al-Qaïda, ont-il ajouté. Depuis le lancement de l’offensive, 36 rebelles ont été tués et 180 capturés, tandis qu’un Marine et un soldat irakien ont été tués.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *