Irak : L’Administration Bush s’est trompée

Les accusations formulées par George W. Bush contre l’ancien régime irakien seraient donc fausses ? Sans aller jusqu’à revenir sur le dossier très sensible des armes de destruction massive, un membre de l’administration américaine a admis mardi que le discours sur l’état de l’Union de janvier dernier, dans lequel le président Bush avait accusé Bagdad de chercher à acheter de l’uranium, était «injustifié» ! «A la lumière de ce que nous savons à présent, la référence aux tentatives faites par l’Irak pour acquérir de l’uranium en Afrique n’aurait pas dû figurer dans le discours sur l’état de l’Union», a déclaré ce haut responsable dans les colonnes du Washington Post. Les informations fournies à la Maison-Blanche auraient donc été «inexactes», comme révélé dimanche par l’ancien ambassadeur des Etats-Unis au Gabon. Joseph Wilson avait été chargé de vérifier ce possible achat d’uranium et il s’était rendu dans plusieurs pays d’Afrique à cet effet. Son rapport remis à la CIA avait qualifié de «fortement improbable » ladite transaction. Qui donc a «induit en erreur» le président Bush ? Le Washington Post précisait mardi que certains éléments avaient été donnés par les services secrets britanniques ! Le gouvernement de Tony Blair, déjà mis à mal par une enquête parlementaire, fera-t-il les frais de cette controverse ? Si le Premier ministre britannique a échappé lundi au revers politique, ses services de renseignements ont été largement critiqués. La commission a en effet mis en doute la véracité de deux rapports remis sur les ADM en Irak… Dont un avait été largement inspiré d’une thèse universitaire de 1997 ! Sur le terrain, les troupes de la coalition n’ont toujours rien trouvé pouvant appuyer les accusations formulées par Londres et Washington en la matière… pour déclencher la guerre.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *