Irak : Les élections maintenues

En dépit de la recrudescence des violences qui ont fait près de 30 tués en quelques heures, dont 9 dans un attentat, suicide au sud de Bagdad, le Premier ministre irakien, Iyad Allaoui, a levé le suspense en affirmant que les élections générales se dérouleraient bien le 30 janvier courant, c’est-à-dire à leur date prévue.
Lors d’une conférence de presse, mercredi, M. Allaoui a affirmé que «le gouvernement est engagé à tenir les élections à la date prévue », assurant qu’il ne permettra pas «aux terroristes d’arrêter le processus politique et de saboter le pays». Et d’ajouter qu’il encourageait «tous les Irakiens à participer aux élections», estimant que le boycottage de la consultation « est malsain et nuit au peuple irakien ». Le Premier ministre mettait fin ainsi à un débat au sein même de son propre cabinet sur l’opportunité de reporter le scrutin, en raison de l’insécurité.
Le président du Conseil irakien a, par ailleurs, assuré il n’y avait aucun plan pour une opération de type Falloujah dans la ville sunnite de Mossoul, comme l’a laissé entendre le secrétaire d’Etat à la Sécurité nationale Kassem Daoud, dans des déclarations à la presse. « Je peux vous assurer que nous n’avons pas l’intention de lancer une opération à Mossoul du type de celle de Falloujah », le bastion sunnite à l’ouest de Bagdad où des forces irakiennes et les Marines ont lancé une offensive majeure le 8 novembre 2004. Au moment même où M. Allaoui s’exprimait, le chef de la police de Hilla, à 100 km au sud de Bagdad, a annoncé qu’au moins neuf personnes ont été tuées et 38 autres blessés dans une attaque-suicide près de l’académie de police.
« Nous avons neuf tués et 38 blessés dans l’attaque survenue près de l’entrée de l’académie proche du siège du club sportif de Hilla », a déclaré à l’AFP le chef de la police de la ville, le général Qaës Abbaoud. Ces victimes viennent s’ajouter à au moins 19 autres Irakiens tués à travers le pays depuis mardi soir, ainsi qu’un soldat de la Force multinationale, selon des sources de sécurité et l’armée américaine.
Trois entrepreneurs travaillant pour l’armée américaine ont été abattus dans la nuit à Amiriyah, dans l’ouest de Bagdad, selon une source du ministère de l’Intérieur. « Des hommes armés ont ouvert le feu sur ces entrepreneurs qui étaient à bord d’une voiture, les tuant sur le coup », a déclaré cette source. « Des patrouilles de police ont trouvé deux corps dans le même quartier portant des traces de torture, dont l’un avait les mains et les pieds liés », a ajouté cette source, indiquant que l’identification des corps était en cours.
Un barrage de police a été attaqué à l’arme légère à Bassorah (sud) par des inconnus qui ont tué un policier et en ont blessé deux autres. Dans la région de Samarra, à 125 km au nord de Bagdad, trois gardes nationaux ont été tués et deux autres blessés dans des accrochages avec des hommes armés, selon un lieutenant-colonel de cette force, Tarek Iyad. A la sortie ouest de la ville, quatre entrepreneurs travaillant pour l’armée américaine ont été abattus dans une embuscade tendue par des hommes armés. Le corps d’un autre entrepreneur a été découvert au sud de Balad (70 km au nord de Bagdad), selon la police locale, alors qu’à Touz, près de Tikrit (180 km au nord de Bagdad), un interprète de l’armée américaine a été abattu. A Mossoul, un dirigeant du Parti islamique irakien (sunnite), Omar Mahmoud Abdallah, a été tué par des hommes armés. Le parti avait décidé de se retirer de la course électorale pour protester contre le refus des autorités de reporter les élections.
A Baaqouba (60 km au nord de Bagdad), un responsable de la sécurité de la Commission électorale indépendante, Khalifa Hussein, et son chauffeur ont été abattus dans une embuscade, selon la police. Un civil irakien a été tué et plusieurs autres ont été blessés dans une attaque à la voiture piégée contre un convoi de l’armée américaine à Bagdad, selon l’armée américaine, qui a annoncé qu’un soldat de la Force multinationale a été tué mardi et deux autres blessés, dans une attaque à Tal Afaar (nord).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *