Irak : pèlerinage chiite sous haute surveillance

Des centaines de milliers de pèlerins chiites affluaient lundi dans la ville sainte irakienne de Kerbala, placée en état d’alerte maximale après des attentats meurtriers contre cette communauté.
Ailleurs en Irak, à Bassorah (sud), des inconnus ont enlevé à son domicile un journaliste irakien travaillant pour des médias étrangers, Fakher Haydar al-Tamimi, puis l’ont tué par balles à la tête, selon son épouse. Son corps a été trouvé par la police.
Les chiites devaient célébrer en soirée à Kerbala l’anniversaire de la naissance de l’imam Mehdi, le "12ème imam" et successeur du Prophète Mohammed, mystérieusement disparu en 878 et depuis sans successeur. Pour eux, le "retour" de cette figure emblématique du chiisme marquera l’avènement du Jugement dernier. Les célébrations atteindront leur pic au moment où les fidèles se presseront autour du mausolée de l’imam Hussein (fils d’Ali et petit-fils du Prophète), au dôme recouvert d’or et illuminé de milliers d’ampoules.
Selon le chef de la police de la ville, à 110 km au sud de Bagdad, le général Karim Hachem al-Hasnaoui, trois millions de pèlerins devront s’y rassembler, mais ce chiffre n’a pu être vérifié. Pour ce pèlerinage sous haute tension, les chiites affluent dans la ville, souvent à pied et pendant plusieurs jours, depuis Bagdad et les régions plus au sud.
Kerbala a été entièrement bouclée et interdite à la circulation afin d’éviter d’éventuels attentats à la voiture piégée et d’importantes forces de sécurité y ont été déployées. Depuis les menaces d’une "guerre totale" contre les chiites lancées le 14 septembre par le groupe du chef du réseau terroriste Al-Qaïda dans ce pays, Abou Moussab al-Zarqaoui, cette communauté majoritaire est la cible d’attaques meurtrières, le plus souvent à la voiture piégée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *