Irak : Pour qui roule Zarqaoui ?

Irak : Pour qui roule Zarqaoui ?

La violence en Irak échappe désormais à toute logique. Ceux qui tirent (ou plus exactement qui tiraient) les ficelles de cette spirale meurtrière semblent avoir perdu tout contrôle. On tue, on place des bombes, on kidnappe et on égorge à tout bout de champ. Personne n’est épargné. Les soldats américains, les civils irakiens collaborant avec eux, les responsables gouvernementaux irakiens, les journalistes et les expatriés étrangers… tout ce qui bouge est une cible potentielle des résistants. En fait, l’intensité de la violence et son atrocité surtout à l’égard des civils irakiens, des piétons pour la plupart, mérite un instant de réflexion. Que les terroristes s’attaquent aux soldats américains, relève de la résistance armée. Qu’ils kidnappent des étrangers pour les relâcher par la suite en contrepartie de fortes sommes d’argent, c’est du simple financement de cette même résidence armée.
Toutefois, lorsqu’un soi-disant combattant égorge cet étranger ou autre un civil irakien sous prétexte que ce dernier, pour nourrir sa famille, travaille dans une base américaine, c’est de la pure criminalité. Le plus surprenant c’est que ces crimes sont revendiqués. Pas plus tard que dimanche dernier, Abou Moussâb Zarqaoui a promis une « guerre sans merci » en Irak à l’occasion des élections législatives du 30 janvier. Qui est-ce Zarqaoui? En fait, on ne connaît pratiquement rien de lui. Au même titre qu’Oussama Ben Laden, d’ailleurs. Malgré toute la littérature sur Ben Laden, force est de constater que cet homme est un produit « nouveau », impossible à cerner et surtout ne devant bénéficier d’aucune légitimité. A fortiori Zarqaoui. Il ne peut être logé que dans la même enseigne que son mentor, Ben Laden.
Pour revenir à la revendication, elle a été diffusée dimanche sur un site Internet, dont l’adresse n’a bien évidemment pas été divulguée, et par le biais d’un message audio attribué à Zarqaoui. Tout cela est flou.
Aussi, ce Zarqaoui commence étrangement à prendre la place de Ben Laden. Ce denier est-il mort. A-t-il pris sa retraite, auquel cas on n’aimerait bien savoir où? Est-il en pèlerinage? En fait, trop de flou caractérise ces deux personnes.
Et les Etats-Unis dans tout cela? Leur présence en Irak risque de tarder encore. Et peut-être que l’équipe Bush, fraîchement réinstallée à la Maison-Blanche, découvrira que l’Iran, la Syrie ou l’Arabie Saoudite, sont les véritables protecteurs et donneurs d’ordre de Zarqaoui.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *