Irak: réduction des effectifs américains, « contacts » pour l’otage française

L’armée américaine a annoncé qu’elle prévoyait de réduire ses effectifs déployés en Irak, où les tractations politiques se poursuivaient pour la formation du nouveau gouvernement, alors que le Premier ministre français a évoqué des "contacts" à propos de Florence Aubenas.En raison de l’évolution positive de la situation, l’armée de Terre américaine va réduire ses effectifs, a déclaré jeudi le général Richard Cody, chef d’état-major adjoint de cette armée. Les Etats-Unis sont déjà en train de réduire leurs forces en Irak, qui s’élevaient à 150.000 militaires et devraient tomber aux alentours de 138.000 d’ici la fin du mois, par le jeu des rotations d’équipes non remplacées. Ce qui laisse sur le terrain l’équivalent de 17 brigades de combat. "Lors de la prochaine rotation, les forces qui arriveront seront en effectifs plus réduits que celles qu’elles remplaceront", a déclaré l’officier à des journalistes. La prochaine rotation générale portera sur la période 2006-2008 et débutera à partir de juin, avec le déploiement des trois premières brigades de combat.

Il pourrait y avoir à l’avenir moins d’unités de combat américaines chargées de patrouilles, moins d’équipement, ou les deux à la fois, a-t-il dit. A la question de savoir si cela voulait dire qu’il y aurait moins de militaires américains en Irak, il a répondu: "Je pense que oui".

Entre-temps, le ministre bulgare de la Défense, Nicolas Svinarov, a annoncé que le contingent bulgare en Irak, qui compte actuellement 462 hommes, sera réduit à 370 hommes à la fin juin et le gouvernement décidera avant la fin mars de son éventuel retrait.

Au plan politique irakien, chiites et kurdes ont poursuivi jeudi leurs discussions sur la formation d’un nouveau gouvernement au lendemain de la séance inaugurale de l’Assemblée nationale, élue le 30 janvier. "Les négociations se sont poursuivies aujourd’hui entre notre délégation et celle de l’Alliance irakienne unifiée (chiite) sur la formation d’un gouvernement", a déclaré jeudi Fouad Kamal, un négociateur kurde. Selon lui, "les frères de la liste de l’Alliance unifiée (chiite) ont accepté que nos demandes concernant Kirkouk et les peshmergas (milices kurdes) soient traitées durant la période transitoire conformément à la Loi fondamentale", en vigueur jusqu’à l’adoption par référendum d’une Constitution permanente que devra rédiger l’Assemblée.

Les Kurdes exigent le rattachement de Kirkouk, ville pétrolière arabisée sous le régime déchu de Saddam Hussein, à leur zone autonome dans le nord de l’Irak et refusent totalement d’intégrer des peshmergas dans l’armée.

Un négociateur chiite a indiqué que "l’Assemblée ne tiendra une nouvelle réunion qu’une fois un accord conclu". "Nous sommes en train de mettre les dernières touches à l’accord et je m’attends à ce qu’il soit finalisé au plus tard avant la fin de la semaine prochaine", a affirmé Jawad al-Maliki.

Par ailleurs, le Premier ministre français Jean-Pierre Raffarin a déclaré jeudi soir sur France 2 que des "contacts" étaient en "train de se structurer" à propos de la journaliste française de Libération, Florence Aubenas, et de son guide, Hussein Hanoun, otages en Irak, mais qu’ils n’apportent pas "aujourd’hui de preuve de vie". Le chef du gouvernement a réitéré, comme dimanche sur Radio J, qu’il y avait "quelque espoir". M.

Raffarin a indiqué que les "services officiels français" – soit les "services de renseignement et "les services diplomatiques", coordonnés par le Quai d’Orsay – avaient "renforcé leurs effectifs" sur place. Dans une bande audio qui lui est attribuée et diffusée jeudi sur internet, le chef présumé d’Al-Qaïda en Arabie saoudite, Saleh al-Oufi, qui était donné pour mort, apporte son soutien à la section irakienne d’Al-Qaïda, et dit être disposé à lui fournir des combattants.

Sur le terrain, l’armée américaine a annoncé jeudi soir que deux Irakiens avaient été tués et 15 autres personnes blessées, dont six de ses soldats, dans un attentat suicide à la voiture piégée à Mossoul (nord). L’état de santé des six hommes a été qualifié de "stable". Cinq Irakiens, dont deux soldats, ont en outre été tués dans des attaques au nord de Bagdad où les corps de trois autres personnes ont été retrouvés, selon des sources sécuritaires irakiennes. A Nassiriyah, à 375 km au sud-est de Bagdad, un berger a été tué par une mine datant, selon la police, de l’invasion du pays il y a près de deux ans par les troupes américano-britanniques.

D’autre part, un ancien responsable de la société américaine Kellogg, Brown and Root (KBR), filiale d’Halliburton, a été inculpé aux Etats-Unis pour avoir surfacturé des fournitures de carburant à l’armée américaine au Koweït au début de la guerre en Irak. La fraude s’élève à plus de 3,5 millions de dollars, a indiqué jeudi le ministère de la Justice dans un communiqué.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *