Irak : Toujours la mort

Irak : Toujours la mort

Les soldats américains ont eu droit à un week-end noir, en ce début de Ramadan. La résistance, en ce mois sacré, a dû multiplier ses opérations. Les combats ont doublé d’intensité et les pertes dans les forces de l’occupation sont de pus en plus importantes.
« Deux hélicoptères se sont écrasés dans le sud-ouest de Bagdad vers 20h30 le 16 octobre (samedi), deux soldats ont été tués et deux autres blessés », a annoncé l’armée américaine dans un communiqué. L’armée qui n’a pas précisé les causes de ces deux crashs, se plaît à entretenir le flou et argue ne pas être en mesure de préciser si les hélicoptères ont été abattus ou s’ils se sont écrasés suite à des accidents. En effet une attitude longtemps adoptée, depuis le début de l’invasion de l’Irak et si l’on en croit les officiels américains, tous les objets volants américains sont tombés accidentellement. Par miracle. La résistance n’y a rien à voir, c’est l’autre guerre américaine, celle des communiqués, que ceux-ci tentent de gagner, sans trop de succès.
En cette même journée de samedi, l’armée américaine avait annoncé la mort d’un Marine, de deux soldats et d’un interprète civil, tués dans un attentat suicide à la voiture piégée ayant visé, vendredi, un convoi militaire américain dans l’ouest de l’Irak. Un autre soldat est mort samedi après avoir été blessé vendredi dans une attaque à la voiture piégée à Mossoul.
Un bilan lourd en soi, de conséquence notamment, surtout en période électorale ; le candidat sortant, George W. Bush, tente de masquer ce bilan négatif par tous les moyens, comme les communiqués abracadabrants ou lorsque ce dernier parle de « progrès » notables en Irak. Rien que ça, sans vergogne.
La riposte ne s’est pas fait attendre, même si les forces de l’occupation n’ont pas besoin d’être titillées pour réagir. Les raids aériens ont repris de plus belle sur Falloujah, encerclée depuis jeudi par les forces américaines et irakiennes. Il faut reconnaître qu’ils n’avaient jamais cessé, les pilonnages qui viennent de rallonger la liste des victimes de trois nouveaux civils tombés sous le feu américain.
Les forces irakiennes, qui ne font plus qu’une seule entité avec les forces américaines, commencent, elles aussi, à payer un lourd tribut à la guerre de Bush. Elles sont désormais assimilées à l’occupant ou, assurément, à bien pire que ça, à de vulgaires collabos. De par la nature de leur armement primitif, à des années lumières de ce que possèdent les soldats américains, les forces irakiennes constituent une cible de choix pour la résistance.
Ce même samedi noir, neuf policiers irakiens, rentrant d’un cours de formation, en Jordanie, ont été décimés dans une embuscade, alors qu’ils regagnaient Kerbala. Leur bus a été attaqué dans le bastion insurgé de Latifiyah, à 40 km au sud de Bagdad.
La haine qu’éprouvent les Irakiens pour ces policiers qualifiés de collaborateurs ne cesse gagner du terrain. Le siège actuel de Falloujah, opéré par les Américains, écrasant sous leurs bombes des civils, femmes et enfants, sous le regard approbateur de ces mêmes policiers irakiens, est considéré, à juste titre, comme une trahison.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *