Iran : Khatami veut renforcer ses pouvoirs

Mohammad Khatami, freiné depuis plusieurs mois dans sa volonté de réformer le pays, a-t-il trouvé le moyen de barrer la route aux conservateurs ? Le président iranien avait déjà annoncé le 28 août dernier qu’il déposerait un texte lui accordant «plus de prérogatives» devant le Parlement.
Ce qui a été fait mardi par l’intermédiaire de Mohammad-ali Abtahi, vice-président chargé des affaires juridiques et des relations avec le Majlis.
Baptisé «projet de loi définissant les prérogatives du président de la république», ce projet doit être transmis aux commissions parlementaires concernées avant d’être soumis au vote des députés, a indiqué Mehdi Karoubi, le président de la chambre. Il prévoit notamment que le chef de l’Etat puisse ordonner «l’arrêt» de décisions judiciaires «contraires à la Constitution». Le texte vise directement l’appareil judiciaire tenu par les conservateurs qui pourraient être suspendus de leurs fonctions en cas de non-respect de la Constitution. Il prévoit aussi que «le président puisse faire surveiller l’application de la Constitution par un conseil composé de personnalités compétentes dans les matières judiciaires et administratives».
L’annonce de cette nouvelle loi avait été suivie en août par celle d’un autre projet modifiant la loi électorale et restreignant le champ d’intervention du conseil de surveillance, gardien de la Constitution et contrôlé par les conservateurs, sur les candidatures aux élections. L’affaire est d’autant plus sensible que les Iraniens éliront leurs maires en 2003, leurs députés en 2004 et leur président en 2005.
Le député Ali Chakhouri-Rad, haut responsable du front de la participation, principal parti réformateur et majoritaire au parlement, est allé jusqu’à évoquer une démission du chef de l’Etat si le projet relatif à la loi électorale était rejeté. Mohammad Khatami a cependant semblé adopter une ligne souple lundi en déclarant que l’accroissement de ses pouvoirs passerait par une «application plus précise et plus concrète de la Constitution».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *