Iran : Nucléaire : les négociations de Genève, «un pas en avant»

Les négociations de Genève ce weekend sur le programme nucléaire de l’Iran représentent «un pas en avant», a déclaré dimanche le président iranien Mahmoud Ahmadinejad cité par l’agence officielle Irna. «Toute négociation est un pas un avant (…) et les négociations de samedi font partie de celles que l’on peut considérer comme un pas en avant», a déclaré M. Ahmadinejad. Saïd Jalili, le responsable du dossier nucléaire iranien, a rencontré samedi à Genève, Javier Solana, le diplomate en chef de l’Union européenne, ainsi que les représentants du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) pour tenter de trouver une solution à la crise sur le programme nucléaire iranien. Malgré la présence inédite d’un haut responsable américain, le sous-secrétaire d’Etat William Burns, ces discussions n’ont pas permis de percée.
«Il y a toujours des progrès dans ces discussions, mais cela est insuffisant», a déclaré M. Solana à l’issue de la rencontre. Pour sa part, le chef de la diplomatie iranienne, Manouchehr Mottaki, a qualifié de « positive » la présence de M. Burns aux discussions de Genève. «Nous considérons la présence américaine comme positive dans la forme et nous espérons que sur le fond il y a aura également des résultats positifs», a déclaré M. Mottaki à la sortie du Conseil des ministres, selon Irna. «Lors de sa visite à Téhéran (en juin, ndlr), M. Solana a présenté un texte sur le cadre des négociations.
Nous avons examiné cette proposition», a déclaré M. Mottaki. «Nous avons aussi présenté à Genève notre propre proposition sur la manière de poursuivre les négociations, Ils vont examiner le cadre proposé pendant une ou deux semaines» avant que les deux parties reprennent les discussions, a ajouté le ministre. Il a affirmé ne pas avoir d’information sur le lieu et la date précises de la prochaine rencontre, prévue normalement dans deux semaines, mais il a ajouté que «les deux parties se mettront très certainement d’accord sur la date et le lieu».
M. Solana a déclaré à Genève que les grandes puissances attendaient la réponse de l’Iran sur l’idée de «gel pour gel», selon laquelle les Iraniens accepteraient dans un premier temps de maintenir l’enrichissement d’uranium à son niveau actuel tandis que les Six renonceraient à durcir les sanctions existantes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *