Iran : Secret autour des détenus d’Al-Qaïda

«Les peines ont été prononcées», a déclaré un porte-parole de la justice de Téhéran. Mais ce porte-parole parlant sous couvert de l’anonymat a refusé de s’exprimer sur des questions aussi cruciales que les peines prononcées et contre qui, alors que certains membres éminents du réseau terroriste pourraient être dans les prisons iraniennes. « Les jugements seront rendus publics quand les obstacles légaux à cette annonce seront levés », a-t-il affirmé.
« Tous les dossiers des membres d’Al-Qaïda arrêtés en Iran ont été traités par un juge spécial (…) et les jugements ont été prononcés conformément à la loi islamique », avait dit la veille le chef de l’autorité judiciaire à Téhéran, Abbas Ali Alizadeh, cité par l’agence semi-officielle Fars. Lui non plus n’était pas entré dans le détail, se contentant de dire que les jugements étaient « nombreux ». Personne n’avait annoncé auparavant l’ouverture de procès. La République islamique entretient une opacité profonde sur l’identité de ces détenus ou le lien de leur rétention.
Les noms de Saad ben Laden, l’un des fils d’Oussama ben Laden, déchu de sa nationalité saoudienne, de l’Egyptien Saïf Al-Adel, numéro trois présumé d’Al-Qaïda, et de Souleimane Abou Ghaïth, porte-parole d’Al-Qaïda, un Koweïtien également déchu de sa nationalité, ont été les plus communément avancés. Il a aussi été question de la présence au moins provisoire en Iran de l’Egyptien Ayman Al-Zawahiri, bras droit d’Oussama Ben Laden. Le sujet est éminemment délicat pour l’Iran, constamment accusé par les Etats-Unis de soutenir Al-Qaïda, une des incriminations qui lui ont valu de se retrouver sur « l’axe du mal ». Il s’en défend âprement, mais son refus obstiné à dévoiler les identités et à coopérer avec les Etats-Unis a entretenu la suspicion américaine.
Confronté aux mises en cause, l’Iran n’a reconnu que progressivement en 2003 avoir arrêté des centaines de membres du réseau depuis l’automne 2001 et l’attaque américaine en Afghanistan.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *