Iran : une nouvelle production de combustible nucléaire

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mercredi que son pays lancerait «bientôt» une production de combustible nucléaire à usage industriel, selon l’agence officielle Irna. «L’Iran est aujourd’hui un pays nucléaire, et très bientôt nous presserons le bouton pour la production de combustible nucléaire à usage industriel», a dit le président, lors d’un discours dans la province du Khouzestan.
L’Iran est sous le coup de sanctions du Conseil de sécurité des Nations unies à cause de son refus de suspendre ses activités d’enrichissement d’uranium. Le président n’a fourni aucun détail sur la date ou l’ampleur de la production envisagée. La production d’uranium enrichi à usage industriel suppose un fonctionnement continu de la chaîne d’enrichissement, avec une qualité constante et en grande quantité. L’Iran a annoncé à plusieurs reprises qu’il installerait jusqu’à 3.000 centrifugeuses dans son usine d’enrichissement de Natanz d’ici la fin de l’année iranienne, en mars 2007. Mais Téhéran ne disposait en octobre à Natanz que de deux cascades de chacune 164 centrifugeuses d’enrichissement d’uranium, selon l’Agence internationale de l’énergie atomique.
Le président iranien a quant à lui annoncé que la République islamique visait à terme une capacité industrielle de production avec 60.000 centrifugeuses. M. Ahmadinejad a répété que l’Iran «ne bougerait pas d’un iota sur son droit au nucléaire», et a une nouvelle fois minimisé l’importance de la résolution du Conseil adoptée le 23 décembre. «Le peuple iranien a pris sa décision et ne paiera aucune attention aux cris vides de sens des matérialistes et des puissances brutales et décadentes», a dit le président. Le Conseil de sécurité a adopté un ensemble de sanctions contre les programmes nucléaires et balistiques iraniens. Mais M. Ahmadinejad a répété que «les puissances brutales devraient savoir que quelque soit le bruit qu’elles font, elles devront se plier à la volonté du peuple iranien et reconnaître les droits de l’Iran».
Les grandes puissances craignent que la République islamique détourne son programme nucléaire civil à des fins militaires, alors que Téhéran a toujours démenti que telle soit son intention.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *