Islamabad et Kaboul d’accord pour des contacts avec les insurgés

«Nous sommes tombés d’accord pour que des contacts soient établis avec les groupes d’opposition dans les deux pays, des contacts conjoints à travers un mini-conseil tribal», ou jirgagai, a déclaré lors d’une conférence de presse l’ancien ministre afghan des Affaires étrangères Abdullah Abdullah. M. Abdullah dirigeait la délégation afghane lors de cette assemblée qui a réuni à Islamabad 50 participants, des représentants afghans et pakistanais ainsi que des chefs tribaux. Invité à préciser si cette formule incluait les talibans et autres groupes insurgés, Owais Ghani, le chef de la délégation pakistanaise, a répondu: «Oui, cela inclut tous ceux qui sont impliqués dans cette situation de conflit». «Nous allons nous asseoir, leur parler, ils nous écouteront et nous parviendrons à une solution. Sans dialogue nous ne pouvons parvenir à aucune espèce de solution», a ajouté Owais Ghani, gouverneur de la province de la Frontière du Nord-ouest (NWFP), qui longe les zones tribales pakistanaises et l’Afghanistan. M. Abdullah a ajouté que la «mini-jirga» avait recommandé aux deux gouvernements «de refuser tout sanctuaire aux terroristes et aux éléments insurgés qui sont un danger pour les deux pays». Des talibans chassés d’Afghanistan depuis la chute de leur régime en 2001 et des combattants liés au réseau terroriste Al Qaïda ont trouvé refuge dans les zones tribales pakistanaises, frontalières de l’Afghanistan, d’où ils sont accusés par Washington et Kaboul de lancer des attaques sur le sol afghan contre les forces internationales. Le Pakistan, allié des Etats-Unis dans la «guerre contre le terrorisme» est, lui frappé depuis juillet 2007 par une vague d’attentats qui a fait plus de 1.300 morts, et accuse les talibans soutenus par Al Qaïda d’en être responsables. Cette «mini-jirga», sur le modèle des assemblées tribales traditionnelles, était organisée dans le prolongement d’une jirga qui s’était tenue à Kaboul en août 2007. Une prochaine assemblée doit se tenir à Kaboul dans deux ou trois mois. Des informations faisant état de négociations directes entre Kaboul et les talibans se sont multipliées récemment dans la presse.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *