Israël en état d’alerte avancée après un attentat

Israël a renforcé mardi son dispositif de sécurité après l’attentat suicide de Dimona (sud) et veut protéger sa frontière avec l’Egypte par crainte d’attaques palestiniennes lancées du Sinaï égyptien.
«Nos forces ont été placées en état d’alerte avancée, car nous craignons une vague d’attentats terroristes, après l’attentat de lundi à Dimona», qui a causé la mort d’une Israélienne et celle de deux kamikazes palestiniens, a déclaré à la radio publique le commandant de police Bertie Ohayon.
L’état d’alerte avancée est le niveau d’alerte maximum avant l’état d’urgence.
«Nous avons mobilisé des milliers d’hommes de la police et des gardes frontières appuyés par des volontaires, pour quadriller les secteurs à forte densité de population et surveiller les zones sensibles, notamment le long de la frontière avec l’Egypte», a-t-il ajouté.
L’attentat de Dimona, le premier depuis un an, a été revendiqué par les Brigades des Martyrs d’Al-Aqsa, une nébuleuse de groupes se revendiquant du mouvement Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas. Le président israélien Shimon Peres a dénoncé cet attentat, destiné à «tuer dans l’œuf toute chance de paix» alors que M. Abbas est engagé avec Israël dans la relance des négociations qui doivent permettre la signature d’un accord de paix avant la fin 2008. Un responsable des Martyrs, Abou Al-Walid, a affirmé qu’il avait été mené conjointement avec deux autres groupes armés, par deux kamikazes originaires de Gaza.
Après l’ouverture de la frontière entre la bande de Gaza et l’Egypte le 23 janvier, à l’explosif et au bulldozer, des centaines de milliers de Palestiniens de ce territoire se sont rués vers la partie de la ville de Rafah située dans le Sinaï égyptien. La frontière a été refermée dimanche. «Aujourd’hui, il y a une autoroute à deux voies entre la bande de Gaza et l’Egypte, et n’importe quel terroriste peut s’infiltrer sur notre sol à partir du Sinaï, car la porte est ouverte aux kamikazes», a affirmé à la radio publique le ministre des Infrastructures Binyamin Ben Eliezer.
Les médias israéliens ont pour leur part affirmé mardi que les deux kamikazes venaient de Hébron, en Cisjordanie.
Dans ce secteur, un segment de 60 Km de la barrière de sécurité qu’Israël construit en Cisjordanie n’est toujours pas construit en raison de problèmes de financement et de recours à la Cour suprême présentés par des Palestiniens ou des écologistes.
Le président de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset, Tsahi Hanegbi, a de son côté appelé à reprendre les assassinats ciblés contre la direction politique du Hamas.

• Charly Wegman (AFP)

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *