Israël entrave la croissance économique palestinienne

«Le renouveau du secteur privé nécessaire pour atteindre un cercle de croissance vertueux n’a pas eu lieu à cause du maintien des restrictions (israéliennes) à la liberté de mouvement», a indiqué la Banque mondiale à travers un rapport diffusé dimanche. Selon ce rapport, il n’y a eu aucune croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2007. La Banque mondiale prévoit une croissance limitée à 3% cette année, mais compte tenu de la croissance démographique, «les revenus par personne resteront stables ou seront inférieurs par rapport à ceux de l’année précédente». Lors d’une conférence des pays donateurs qui s’est tenue à Paris en décembre 2007, 84 Etats avaient promis 7,7 milliards de dollars pour soutenir un programme de réformes économiques de deux ans conçu par le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, un ancien responsable de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international. Le rapport mentionne que son programme a «posé de nombreux jalons» mais a été freiné par les centaines de barrages routiers qu’Israël a installés en Cisjordanie occupée.  «Les entraves au mouvement en Cisjordanie demeurent significativement plus importantes qu’en 2005», affirme le rapport, citant des statistiques publiées par les Nations unies. Selon le rapport, le taux de chômage s’élève à 23% en Cisjordanie et à 33 % dans la bande de Gaza, soumise à un embargo israélien depuis la prise du pouvoir du mouvement islamiste Hamas en juin 2007. Le taux de chômage dans la bande de Gaza «devrait augmenter car les licenciements dans le secteur industriel sont définitifs», note le rapport, ajoutant que le pourcentage des habitants du territoire vivant dans une «grande pauvreté» a dépassé les 35%. «Si l’on exclut les versements des membres de la famille à l’étranger et l’aide alimentaire, et que l’on prend en compte la pauvreté en fonction du revenu des ménages uniquement, le taux de pauvreté dans la bande de Gaza s’élève à presque 67 %», précise la Banque mondiale. Ces derniers mois, Israël a tenté d’isoler le gouvernement du Hamas dans la bande de Gaza, tout en soutenant le président modéré Mahmoud Abbas en Cisjordanie par la relance des pourparlers de paix sous la houlette des Etats-Unis.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *