Israël libère 199 prisonniers palestiniens

Israël a libéré lundi 199 prisonniers palestiniens, dont deux parmi les plus anciens, dans un geste de bonne volonté à l’égard du président Mahmoud Abbas. Rassemblés dans la matinée dans le centre de détention israélien d’Ofer, les détenus sont montés à bord de cars qui les ont conduits au barrage proche de Beitounya à l’entrée de Ramallah en Cisjordanie. Des responsables de l’Autorité palestinienne, dont le ministre en charge de prisonniers Achraf Al-Ajrami, ont salué les détenus libérés l’un après l’autre avant qu’ils ne montent dans les cars. La plupart des prisonniers ont baisé le sol à leur descente des véhicules de l’administration pénitentiaire israélienne les ayant emmenés au centre d’Ofer. Des dizaines de Palestiniens, notamment des parents et des amis, les attendaient au barrage de Beitounya, d’où ils ont été emmenés, sans quitter les cars, vers la Mouqataa, le QG de l’Autorité palestinienne à Ramallah pour être salués par M. Abbas. Le plus ancien détenu palestinien en Israël, Saïd Al-Attaba, 56 ans, qui purgeait depuis 1977 une peine de prison à vie, et Mohammad Ibrahim Abou Ali, alias «Abou Ali Yatta», emprisonné depuis près de 30 ans, font partie des détenus libérés. Les deux hommes avaient été reconnus coupables d’implication dans des attaques anti-israéliennes meurtrières. C’est la première fois que le gouvernement israélien accepte de libérer des Palestiniens condamnés pour des attentats ayant fait des morts. Les deux hommes ont été conduits à la Mouqataa séparément à bord de deux voitures. «C’est un jour de joie pour tous les combattants de la la liberté et de l’indépendance», a déclaré M. Attaba à l’AFP par téléphone. «C’est comme un jour de noces pour le peuple palestinien mais notre joie ne sera pas complète avant la libération de tous les prisonniers palestiniens», a-t-il ajouté. Quelque 11.000 Palestiniens sont encore détenus par Israël. Les Palestiniens rassemblés à Beitounya brandissaient des drapeaux palestiniens, des bannières jaunes du parti Fatah du président palestinien et des portraits de prisonniers. Ils entonnaient des chants patriotiques. Des femmes poussaient des youyous de joie. «C’est un grand jour que nous attendons depuis 32 ans», a affirmé Sanaa Al-Attaba, la soeur de Saïd. «Nous avons connu 96 Aïd (fête musulmane) depuis son arrestation mais la prochaine sera la première que nous passerons dans la joie», renchérit Ali Ibrahim Abou Ali, le frère de «Yatta». Ces libérations sont survenues quelques heures avant une nouvelle visite en Israël et chez les Palestiniens de la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice pour des entretiens axés sur leurs difficiles négociations de paix en cours. Il s’agit de la 18ème mission de Mme Rice en Israël et dans les territoires palestiniens en deux ans, et sa 7e depuis la conférence d’Annapolis (Etats-Unis) en novembre 2007 qui a relancé les pourparlers de paix.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *