Israël persiste et signe

«L’ONU peut demander ce qu’elle veut, Israël continuera son opération jusqu’à ce que ses objectifs soient atteints», a déclaré ce mardi un haut responsable gouvernemental israélien sous couvert de l’anonymat. «Ou bien Arafat sortira de son QG, ou bien les terroristes qui s’y abritent se livreront, en attendant il restera isolé», a-t-il souligné.
Les Nations Unies se sont ainsi une nouvelle fois vues rappeler leur impuissance à intervenir dans le conflit, et surtout à dicter sa conduite à Israël. Un dédain conforté par l’attitude même des Etats-Unis qui se sont encore abstenus de voter contre leur allié. Et ce malgré le fait que le président George W. Bush ait encore répété ce mardi que le siège du président palestinien «n’aidait pas» à la recherche la paix au Proche-Orient. Dans la nuit de lundi à mardi, quatorze des quinze membres du Conseil de sécurité ont donc opté pour la résolution 1435 demandant qu’Israël lève le siège de la Moukataa à Ramallah. Le Conseil s’est dit « gravement préoccupé par la situation et a exigé «la fin immédiate» de la « réoccupation du QG du président de l’Autorité palestinienne». Les Américains, eux, ont expliqué leur abstention par la non présence dans le texte d’une demande de condamnation explicite des attentats-suicide palestiniens par Yasser Arafat. Le Conseil a pourtant demandé l’«arrêt total de tous les actes de violences, y compris toutes les opérations terroristes, les provocations, l’incitation à la haine et les destructions». Il a enfin réclamé «le retrait des forces d’occupations israéliennes des villes palestiniennes à leurs positions d’avant septembre 2000».
Des bonnes intentions qui n’ont en rien empêché l’armée israélienne de poursuivre son blocus et ses exactions contre la population. Une incursion de grande envergure a ainsi été menée à Ghaza dans la nuit de lundi à mardi, entraînant la mort de neuf Palestiniens. Des unités israéliennes alignant 90 blindés, transports de troupes ou chars, appuyées par des hélicoptères d’assaut, ont pénétré dans la ville et ne s’en sont retirées qu’après avoir dynamité des bâtiments. Elles ont détruit la maison d’un militant, Mohammad Farhaat, tué dans l’attaque de la colonie d’Atzmona en mars dernier, et fait exploser 13 ateliers métallurgiques. «Nous avions un triple objectif : détruire la maison du terroriste Farhat, détruire les ateliers et tuer les éléments armés qui ouvraient le feu», a par la suite indiqué un lieutenant colonel en charge de cette opération. Outre les neuf Palestiniens tués, au moins 20 personnes ont été blessées lors des échanges de tirs qui ont duré pas moins de cinq heures. Le principal négociateur palestinien, Saëb Erakat, a qualifié mardi l’incursion de «crime de guerre», estimant qu’elle annonçait la «réoccupation par Israël» de la bande de Ghaza. Région sur laquelle l’armée semble de plus en plus se concentrer. «Ces évènements sont le prélude à une incursion israélienne», a aussi estimé un dirigeant du Hamas, Moussa Abou Marzouk, assurant que «le mouvement était prêt à faire face à tous les développements à Ghaza».
Le président Arafat est, quant à lui, resté bloqué dans l’unique bâtiment encore debout de son QG, refusant de communiquer la liste des 250 personnes se trouvant à ses côtés. Ce mardi, plusieurs centaines de manifestants palestiniens se sont aussi rassemblés dans la ville de Ramallah pour protester contre ce siège et le couvre-feu qui leur est imposé par l’armée israélienne.
Au cours d’une autre marche de soutien à Yasser Arafat, à Doura dans le sud de la Cisjordanie, des militaires israéliens ont tiré des balles caoutchoutées et des grenades lacrymogènes blessant trois manifestants. A défaut de politique cohérente au Proche-Orient, les Etats-Unis ont pour leur part décidé de fournir une aide généreuse de 9,25 millions de dollars à l’UNRWA, l’agence onusienne chargée d’aider les réfugiés palestiniens. Ceux de Cisjordanie et de la bande de Ghaza, mais aussi ceux de Jordanie, du Liban et de la Syrie. Brimés et opprimés par l’Etat hébreu au nom d’une « légitime défense » cautionnée par Washington, les Palestiniens pourront apprécier le geste…

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *