Israël poursuit son oeuvre de destruction

Le premier ministre israélien Ariel Sharon affirme qu’une évacuation des villes de Cisjordanie «ne sera possible qu’avec le retour du calme et de la sécurité», alors que les Palestiniens ont de nouveau condamné les appels renouvelés de Washington à la mise à l’écart du président Yasser Arafat.
Israël a réoccupé sept grandes villes palestiniennes de Cisjordanie depuis le déclenchement, le 19 juin, de son opération «Voie ferme» en représailles à deux attentats suicide à Al-Qods. Par ailleurs, les dirigeants israéliens se sont félicités lundi de la mort de l’un des principaux artificiers du Hamas, tué la veille par l’armée au cours d’une opération à Naplouse, en cisjordanie, et ont affirmé qu’elle serait suivie d’autres «assassinats ciblés». Mouahanad Al-Taher, 26 ans, et l’un de ses lieutenants ont été abattus par les forces spéciales israéliennes qui avaient encerclé la maison de Naplouse où ils se trouvaient avant de demander à ses occupants d’évacuer les lieux et d’ouvrir le feu. Un autre activiste a été blessé, et le Hamas a promis de venger la mort de ses militants. Taher est présenté comme le chef des brigades Ezzeddine Al-Qassam, branche armée du Hamas, pour la région de Naplouse. Pour sa part, le ministre palestinien de l’information, Yasser Abed Rabbo, a accusé les Etats-Unis d’avoir donné leur feu vert à Israël, et le reste de la communauté internationale de n’avoir pas réagi.
Sur le plan diplomatique, le président syrien Bachar Al-Assad a réaffirmé le soutien de son pays au Hezbollah et aux organisations palestiniennes basées à Damas, après des appels américains à la fermeture des «camps terroristes» en territoire syrien. Dans un entretien au quotidien libanais «Al-Liwa», M. Al-Assad a déclaré que son pays «appuie la résistance (palestinienne) et soutient politiquement le Hezbollah (libanais), car ce dernier n’a besoin d’aucune aide militaire». Il a d’autre part expliqué que les attentats suicide menés par les Palestiniens résultaient de leur désespoir, attribuant l’origine de cet état d’esprit aux «pratiques barbares israéliennes contre un peuple désarmé». Le chef de l’Etat syrien a attribué les menaces répétées d’Israël à l’encontre de la Syrie à « l’impasse du gouvernement israélien qui a échoué à assurer la sécurité promise aux Israéliens».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *