Israéliens et palestiniens reprennent le dialogue

Shimon Peres, le chef de la diplomatie israélienne, s’est déclaré satisfait de ses entretiens avec une délégation palestinienne et a annoncé d’autres rencontres de ce genre dans la semaine. Il a déclaré à la radio publique que «la rencontre a porté sur les vrais problèmes, nous avons évité de part et d’autre la polémique et il y aura d’autres rencontres de ce genre dans la semaine».
De son côté, le négociateur palestinien Saëb Erakat, ministre des Collectivités locales, qui dirigeait la délégation palestinienne, a lui aussi affirmé que les discussions avaient été «sérieuses et pratiques», tout en indiquant que rien n’avait été conclu. La réunion avait été reportée à deux reprises à la suite de deux attentats anti-israéliens la semaine dernière, qui ont fait 12 victimes près d’une colonie en Cisjordanie et à Tel-Aviv.
Le ministre israélien a par ailleurs ajouté avoir réaffirmé que l’armée israélienne « n’a pas l’intention de rester dans les secteurs (de Cisjordanie) où les Palestiniens prendront la situation en main et stopperont le terrorisme». Peres faisait allusion à l’opération «Voie ferme» lancée le 19 juin, qui a conduit à la réoccupation des plus importantes villes de Cisjordanie où le couvre-feu a été imposé à des centaines de milliers de Palestiniens pour tenter d’empêcher des attentats suicide.
A propos du paiement des quelque 430 millions de dollars dus par Israël à l’Autorité palestinienne, M. Peres a indiqué que «les discussions ont porté sur le moyen de procéder à ce transfert en coopération avec les Etats-Unis». Ces fonds correspondent essentiellement au produit de la TVA et des droits de douane prélevés sur les produits importés en Cisjordanie et dans la bande de Ghaza transitant par le territoire israélien. Cet argent a été gelé par Israël depuis le début de l’Intifada en septembre 2000 en guise de sanction. Le Premier ministre Ariel Sharon a affirmé à plusieurs reprises que ces fonds ne seraient débloqués qu’à condition qu’Israël obtienne la garantie qu’ils ne serviront pas à payer des membres des services de sécurité palestiniens «impliqués dans le terrorisme».
La radio militaire, pour sa part, a indiqué que M. Peres a affirmé qu’Israël était disposé à débloquer dans un premier temps 10% des sommes dues à l’autorité palestinienne, à condition que l’Etat hébreu et les Etats-Unis puissent vérifier l’usage de l’argent. Shimon Peres s’est aussi dit disposé à envisager d’augmenter le nombre de palestiniens autorisés à travailler en Israël pour le faire passer à 7.000, et à faciliter le transit de marchandises destinées à la bande de Ghaza.
L’armée israélienne pourrait aussi se retirer progressivement d’Al-Khalil (Hébron), de Beit Lahm et desserrer l’encerclement autour d’Ariha (Jéricho) si les services de sécurité palestiniens empêchaient dans ces secteurs la préparation d’attentats anti-israéliens, a poursuivi la radio. En Cisjordanie, l’armée israélienne a arrêté dimanche sept palestiniens soupçonnés «d’activités terroristes», selon des sources militaires. Par ailleurs, une bombe a explosé au passage d’un train entre Yavneh et Réhovot, au sud de Tel-Aviv, blessant légèrement le conducteur. Selon la police, il s’agit d’un attentat commis avec une bombe actionnée à distance. Le 30 juin, une charge avait explosé au passage d’un train de voyageurs dans le même secteur, faisant deux blessés légers.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *