Italie : «Lacunes préoccupantes» dans la sécurité de Berlusconi

Italie : «Lacunes préoccupantes» dans la sécurité de Berlusconi

La sécurité du chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi, agressé dimanche soir par un déséquilibré et hospitalisé depuis, présente des «lacunes préoccupantes», a dénoncé lundi Carmelo Briguglio, vice-président de la commission parlementaire de contrôle des services secrets. «Le très grave épisode dont a été victime Silvio Berlusconi prouve de manière préoccupante que le système de protection du chef du gouvernement est inadapté et présente des lacunes», a-t-il déclaré, cité par l’agence Ansa. La commission parlementaire de contrôle des services secrets (Copasir) «doit se réunir et s’occuper de cette question avec beaucoup d’attention et de sérieux», a ajouté M. Briguglio.
Silvio Berlusconi est hospitalisé à l’hôpital San Raffaele de Milan, après avoir été frappé en plein visage par une statuette représentant la cathédrale de Milan, lancée par un homme de 42 ans, soigné depuis dix ans pour des troubles mentaux. «Au lieu d’un jet de reproduction (NDLR: la statuette lancée par l’agresseur), on aurait pu assister, facilement et sans qu’il puisse être défendu, au meurtre du chef du gouvernement. J’ai déjà relevé à l’époque de l’affaire d’espionnage photographique de Villa Certosa que la question de la sécurité du chef du gouvernement représentait un problème», a ajouté M. Briguglio.
Des photographes avaient réussi à plusieurs reprises en 2008 à photographier Silvio Berlusconi et ses invités, dont des jeunes femmes aux seins nus, dans la résidence sarde du chef du gouvernement, Villa Certosa

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *