Jack Straw écarte une frappe militaire américaine contre l’Iran

Les Etats-Unis "n’ont renoncé à aucune option (…) mais, en pratique,  aussi bien le président George W. Bush que la secrétaire d’Etat Condoleezza  Rice ont dit qu’ils poursuivaient l’option diplomatique aussi vigoureusement  que les Européens, la Russie et la Chine", a-t-il déclaré aux journalistes.

"Je ne vais pas discuter d’hypothèses que je ne crois pas qu’elles vont survenir", a ajouté M. Straw, en réponse à une question sur la position de la Grande-Bretagne dans le cas d’une action militaire américaine contre l’Iran.

Le ministre britannique s’exprimait lors d’une conférence conjointe avec son homologue saoudien, le prince Saoud Al-Fayçal, après que les deux ministres eurent ouvert une conférence saoudo-britannique à Ryad.

Mardi, le président Bush a affirmé que "toutes les options étaient sur la table" pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire, tout en déclarant rechercher une solution diplomatique à la crise.

Dans un entretien mercredi à la BBC, M. Straw a averti que le régime  iranien ne pourrait pas diviser la communauté internationale sur la question du nucléaire.

"A chaque étape, ils (les Iraniens) ont calculé qu’ils pourraient diviser  la communauté internationale. A chaque étape, au prix de gros efforts, cela s’est terminé par une plus grande unité de la communauté internationale", a dit M. Straw, interrogé depuis Ryad où il était arrivé mardi soir pour une visite de deux jours.

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu (Etats-Unis,  Chine, Grande-Bretagne, Russie, France) et l’Allemagne ne sont pas parvenus à un accord sur des sanctions à l’issue d’une réunion sur le nucléaire iranien  mardi à Moscou.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *