Kosovo : Belgrade et Pristina s’engagent pour un statut

Le président serbe Boris Tadic et le Premier ministre du Kosovo Bajram Kosumi ont assuré qu’ils feraient tous les compromis nécessaires pour que les négociations sur le statut final du Kosovo aboutissent, mardi en participant à une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU. Cette réunion intervient une semaine avant les négociations directes prévues les 20 et 21 février à Vienne entre Belgrade et Pristina sur le statut final du Kosovo. Soren Jessen-Petersen, le chef de la mission de l’ONU au Kosovo a fait un rapport mardi aux 15 membres du Conseil de sécurité pour les informer d’un "ralentissement significatif" dans l’application des normes démocratiques dans la province, notamment en terme de droits de l’Homme. "Des actions doivent être prises concrètement et sérieusement", a dit M. Jessen-Petersen soulignant que "plus tôt et plus vite les institutions du Kosovo mettront en place des standards (démocratiques) et plus tôt nous aurons une décision sur le statut du Kosovo". Bajram Kosumi a souligné qu’il ferait tous les efforts nécessaires pour créer un Etat démocratique soulignant: "nous devons donner au peuple du Kosovo sa chance de vivre en liberté". Le président serbe a souligné que la Serbie "était totalement engagée dans ce processus de négociations". "Je ne suis pas satisfait de la réalité d’aujourd’hui au Kosovo concernant les droits de l’Homme et la liberté de mouvement des minorités (…) nous allons participer et j’espère que nous allons arriver à des solutions réalistes" entre Serbes et Albanais. M. Tadic, qui s’est déclaré partisan d’une "très large" autonomie pour la province à majorité albanaise, a également suggéré que le statut final du Kosovo ne devrait être décidé qu’après une période de grâce de 20 ans, ce qui a été immédiatement rejeté par le Premier ministre kosovar. Le statut final de la province ne devrait être décidé qu’après une période agréée "disons de 20 ans", a déclaré M. Tadic. L’idée a été repoussée par M. Kosumi qui a estimé que c’était maintenant "le moment approprié pour clôre la question du Kosovo". Les négociations d’ensemble sur le statut du Kosovo, administré depuis 1999 par l’ONU, devraient porter sur une autonomie élargie ou l’indépendance revendiquée par les Kosovars albanais, au grand dam de Belgrade. Quelque 200.000 Serbes, sur une population de 2 millions d’habitants, vivent au Kosovo.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *