La diplomatie Américaine s’intéresse aux Kurdes

Une équipe américaine est en mission de médiation dans le nord de l’Irak avec pour objectif de venir en aide aux différentes factions kurdes rivales présentes dans cette région. Le département d’Etat américain, qui a fait cette annonce lundi, a souligné que cette opération entendait montrer le soutien de Washington à l’opposition irakienne. L’équipe, dirigée par Ryan Crocker, vice-secrétaire d’Etat adjoint pour les Affaires du Proche-Orient, a prévu d’y rencontrer des membres du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK) et ceux de l’Union Patriotique du Kurdistan (UPK). Les présidents de ces deux partis, Jalal Talabani (UPK) et Massoud Barzani (PDK), avaient en effet, depuis quelques temps, sollicité l’aide des Etats-Unis pour surmonter leurs différends, selon la Maison Blanche. Cette délégation constitue, selon les autorités américaines, d’ailleurs une première étape dans le processus de médiation entamée par Washington. Elle permettra, notamment, d’évaluer la mise en oeuvre du programme «pétrole contre nourriture » dans le nord de l’Irak. Saddam Hussein avait quant à lui relancé le mois dernier, en vain, son offre de dialogue aux Kurdes du nord de l’Irak, zone qui échappe à son contrôle depuis la fin de la guerre du Golfe en 1991. Le Kurdistan irakien s’était en effet soulevé contre le régime de Baghdad à l’issue du conflit et, depuis, les provinces d’Erbil, Souleimaniyeh et Dohuk sont contrôlées par les deux factions politiques : le PDK contrôle les zones les plus proches de la frontière turque, tandis que l’UK, celles proches de la frontière iranienne.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *