La France fait la Cour à Kadhafi

La France fait la Cour à Kadhafi

Le président français s’est rendu en Libye mercredi pour effectuer une visite dans un pays qui s’est «repenti» en renonçant au terrorisme et aux armes de destruction massive. Le colonel Mouammar Kadhafi, qui s’est dit «heureux d’accueillir un ami» a fait valoir pendant une rencontre de trois quarts d’heure que puisque la Libye avait renoncé aux armes de destruction massive, «elle souhaitait que des transferts de technologie lui permettent de développer son industrie civile dans un but pacifique». C’est ce qu’a indiqué à l’AFP, Jérôme Bonnafont, porte-parole de l’Elysée. Selon ce dernier, la France était prête à aider Tripoli à développer son programme nucléaire civil. Toujours est-il que la France n’est prête à coopérer qu’à un programme civil soumis au contrôle de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), chargée de veiller à la non-prolifération. Devant 200 Français réunis à la résidence de l’ambassadeur de France, M. Chirac a déclaré que sa visite illustrait «la volonté conjointe de nos deux pays de se tourner désormais ensemble vers l’avenir». Les années de fortes turbulences entre les deux pays semblent désormais lointaines. Le président français, qui est venu en Libye pour y tourner la page de l’embargo, a eu ensuite un premier entretien avec le colonel Kadhafi.
Jacques Chirac a proposé au dirigeant libyen de sceller le rapprochement des deux pays dans plusieurs directions, notamment en organisant un partenariat politique, c’est-à-dire des échanges réguliers permettant d’aborder les sujets communs, et en développant la coopération économique.
D’après le porte-parole de l’Elysée, le chef de la révolution libyenne a alors dit avoir apprécié «l’esprit» dans lequel «tous les contentieux bilatéraux ont été réglés» faisant référence entre autres à l’attentat contre les avions civils. Ces affaires, a estimé Jacques Chirac, avaient connu un dénouement après beaucoup d’efforts et de persévérance et dans le respect de la mémoire des victimes, allusion faite aux accords d’indemnisation des victimes, signés par Tripoli. Le colonel Kadhafi a également exprimé sa reconnaissance à la France pour ce qu’elle a fait à propos de l’Irak et pour avoir accueilli Yasser Arafat à Paris. De son côté le Premier ministre libyen Choukri Ghanem a fait savoir que la visite de M. Chirac, vient « sceller la normalisation entre les deux pays après le règlement de tous les problèmes en suspens ». Jeudi matin, le président français a appelé les entreprises françaises à prospecter et à s’investir dans le «marché prometteur» que représente à ses yeux la Libye. Il a présidé durant cette même matinée à l’hôtel Corinthia à Tripoli une table ronde en compagnie d’une vingtaine de chefs d’entreprisse français, venus dans le cadre de sa visite en Libye. Selon l’Elysée, Jacques Chirac a une nouvelle fois appelé à cette occasion les grandes entreprises à aider les PME à investir sur les marchés étrangers, comme il l’avait fait en Chine. « C’est un marché prometteur. Il faut faire le maximum pour le soutenir », a-t-il déclaré au sujet de la Libye. Les chefs d’entreprises présents, dont certains travaillent en Libye depuis les années 1970 alors que d’autres entament juste leurs prospections après la levée des sanctions contre Tripoli, ont exposé pendant trois quarts d’heure leur situation et leurs perspectives.
La France s’intéresse également à d’autres marchés prometteurs, notamment dans le pétrole, l’armement ou le secteur médical. Jacques Chirac a ensuite déposé une gerbe au Mémorial aux martyrs, à Tripoli, qui commémore une bataille remportée par les Libyens face aux Italiens en 1911. Au total, Kadhafi et Chirac se seront donc entretenus trois fois, dont une fois en tête-à-tête mercredi soir, en 24 heures. Mais malgré la volonté commune de tourner la page, M. Kadhafi a quand même dit, s’adressant aux autorités françaises dans un entretien publié mercredi par le Figaro, que «c’était une erreur d’intervenir en Côte d’Ivoire» et cela risque d’avoir «une influence négative sur les relations franco-africaines».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *