La France lance un appel pour développer le nucléaire civil

La France lance  un appel pour développer le nucléaire civil

La France a lancé, lundi, un appel à développer et financer la technologie du nucléaire civil dans le monde, au cours d’une conférence internationale à Paris à l’enjeu non seulement diplomatique mais aussi économique et industriel. Soixante-cinq pays et organisations internationales (ministres, chefs d’entreprise, experts…) ont été conviés à cette rencontre de deux jours qui vise à faciliter et encadrer l’accès au nucléaire civil. Iran et Corée du Nord n’ont pas été invités car, a expliqué Paris, ces pays violent «leurs obligations internationales». En ouvrant cette conférence au siège de l’OCDE, Nicolas Sarkozy a appelé les institutions financières internationales à favoriser ce domaine. «Je ne comprends pas et je n’accepte pas l’ostracisme du nucléaire dans les financements internationaux, il y a là matière à scandale (…) il faut que la Banque mondiale, la Berd et les banques de développement s’engagent résolument dans le financement du nucléaire civil», a déclaré le président français. Selon la World Nuclear Association, plus de 450 nouveaux réacteurs devraient être construits dans le monde d’ici à 2030, soit un marché de plusieurs centaines de milliards de dollars. La France, dont la production d’électricité repose à 75% sur le nucléaire, a développé une importante filière industrielle dans le secteur, notamment avec le Groupe Areva. Mais elle a perdu en décembre un contrat de 20 milliards de dollars aux Emirats arabes unis face aux Sud-Coréens et réfléchit à élargir son catalogue de réacteurs nucléaires. Celui de troisième génération de type EPR «ne répond pas forcément aux besoins du client», a relevé, dimanche, le ministre français de l’Ecologie et de l’Energie, Jean-Louis Borloo. Pour le patron de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), le japonais Yukiya Amano, «l’électronucléaire peut apporter une contribution majeure au développement économique et aider à atténuer les changements climatiques».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *