La France veut développer son « partenariat d’exception » avec l’Algérie

Cette visite "sera pour moi l’occasion de faire progresser le partenariat d’exception mis en oeuvre entre nos deux pays depuis la signature de la Déclaration d’Alger par le président (Abdelaziz) Bouteflika et le président (Jacques) Chirac en mars 2003", a déclaré M. Douste-Blazy.

MM. Chirac et Bouteflika avaient paraphé en mars 2003 une "Déclaration  d’Alger" renforçant la coopération bilatérale et décidé de conclure un traité d’amitié.

Le déplacement d’un ministre des Affaires étrangères est en soi "un message fort", a estimé M. Douste-Blazy, en y voyant "l’indication que les relations  entre les deux pays sont primordiales pour les deux partenaires".

A une question sur l’impact qu’a pu avoir sur les relations bilatérales la loi française du "23 février" sur le "rôle positif" de la colonisation, M.

Douste-Blazy estime que celle-ci a "pu susciter de l’incompréhension de part et d’autre", mais assure que "cette affaire est à présent derrière nous".

M. Chirac "a eu la sagesse de mettre fin à ces malentendus en abrogeant les dispositions controversées de la loi. L’Algérie et la France sont suffisamment proches pour surmonter ces incompréhensions", a-t-il dit.

La signature d’un traité d’amitié entre les deux pays, prévue avant fin 2005, n’avait pu avoir lieu en raison de la polémique suscitée par cette loi.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *