La glorification du terrorisme, désormais un délit en UK

La nouvelle loi antiterrorisme rend également passible de prison le fait d’avoir donné ou reçu un entraînement terroriste ou d’avoir fréquenté un camp d’entraînement. Elle interdit aussi la diffusion de "publications terroristes",  par écrit ou sur l’internet.

En revanche, l’allongement de 14 à 28 jours de la durée de détention  provisoire maximale pour les suspects de terrorisme doit encore faire l’objet de consultations avec les responsables de la police avant d’être applicable.

La loi, qui a reçu l’aval de la reine le 30 mars, a été adoptée à l’issue  d’une difficile bataille parlementaire qui avait valu le 9 novembre au  gouvernement du Premier ministre Tony Blair sa première défaite aux Communes en huit ans de pouvoir.

Les députés avaient refusé la proposition du ministre de l’Intérieur  Charles Clarke d’allonger à 90 jours la période de détention provisoire  maximale des suspects de terrorisme.

Quant au délit de glorification du terrorisme, il a donné lieu à un long bras de fer entre les deux chambres du Parlement, les Lords s’inclinant  finalement le 22 mars.

Les défenseurs des droits de l’homme ont fait valoir que cette disposition  aurait pu être utilisée dans le passé contre des militants anti-apartheid.

Elle a été prise après les attentats de Londres, le 7 juillet 2005, qui ont fait 56 mort et 700 blessés, pour en finir avec les "prêcheurs de haine", comme les imams radicaux Abou Hamza ou Omar Bakri qui avaient pignon sur rue en Grande-Bretagne depuis des années.

La "loi sur le terrorisme 2006" est le quatrième texte antiterroriste  depuis une première législation en 2000.

Cette première loi avait été durcie un an après les attentats du 11  septembre 2001 aux Etats-Unis. Puis un nouveau texte, la loi sur la prévention  du terrorisme, avait été promulgué le 11 mars 2005.

Dans une déclaration à la chambre des Communes le 2 février dernier, M.

Clarke a indiqué qu’il déposerait un nouveau projet de loi au premier semestre 2007, dont le but serait de rassembler les quatre textes existant dans une loi unique.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *