La Maison Blanche sous enquête

Le nom de l’agent, une femme, a été publié dans les journaux américains après que son mari ait publiquement critiqué des affirmations du président Bush concernant des tentatives irakiennes d’achat d’uranium en Afrique. L’ancien ambassadeur Joseph Wilson avait révélé en juillet que la CIA l’avait chargé d’enquêter en Afrique sur ces supposés achats et qu’il n’avait rien trouvé pour confirmer les affirmations du président. Dans une tribune publiée dans le New York Times, Wilson enfonçait le clou en demandant des comptes au président Bush qui avait évoqué ce prétendu achat d’uranium par l’Irak pour son programme nucléaire dans son discours sur l’état de l’Union en janvier. Après la publication de cette tribune, deux responsables de la Maison Blanche avaient appelé six journalistes de Washington et leur avaient révélé l’identité et l’occupation de la femme de M. Wilson, affirme le Washington Post dimanche citant un haut responsable de l’administration. Un journaliste conservateur avait ensuite publié le nom de cette femme en affirmant que c’était elle qui avait recommandé M. Wilson pour la mission en Afrique. « C’était purement et simplement de la vengeance », a dit le haut responsable de l’administration à propos de l’attitude des deux responsables de la Maison Blanche. La fuite était aussi « une erreur de calcul énorme parce qu’elle était non pertinente et n’a en rien diminué la crédibilité de Wilson », a ajouté cette source. Le directeur de la CIA a lui-même demandé l’ouverture d’une enquête car la fuite violerait une loi fédérale sur la protection des agents de la centrale de renseignement, précise le quotidien. La Maison Blanche a nié être impliquée dans cette affaire. « Ce n’est pas de cette façon que la Maison Blanche opère et personne ne serait autorisé à faire cela », a dit le porte-parole Scott McClellan. Mme Rice a refusé de commenter davantage cette enquête en cours. « Dans ce genre d’affaires, il faut en référer au département de la Justice pour qu’il prenne les mesures qu’il convient, et c’est ce qui a été fait », a-t-elle dit.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *